Car c’est une prophétie dont le temps est déjà fixé,

Elle marche vers son terme, et elle ne mentira pas;

Si elle tarde, attends-la,

Car elle s’accomplira, elle s’accomplira certainement.

—Habacuc 2:3

 

Ce matin, j’ai commencé à lire dans ma Bible et plus précisément dans le livre des Psaumes, tous les versets que j’avais surlignés depuis que le Seigneur a restauré mon mariage en 1991. À côté de ces versets, j’ai marqué un “PT” c’est à dire, Promesse Tenue! Après avoir passé plus d’une heure à lire et à marquer ces versets, j’ai constaté qu’il n’y avait pas une seule promesse que le Seigneur n’avait pas tenue!!

Lire et marquer des versets de l’insigne PT m’a permis de réfléchir et de me rappeler ces jours où j’avais l’impression que le Seigneur ne se manifesterait jamais! Des années passées à pleurer vers Lui, des années où je pensais que ce jour (où je verrai chacune de Ses promesses accomplies) n’arriverait jamais. Très chère, je pense que je peux dire sans crainte de me tromper que c’est exactement la situation que chacune de vous traverse en ce moment. Vous avez cru en des jours meilleurs, à des moments meilleurs, et vous avez vraiment mis votre confiance dans le Seigneur, mais vous attendez toujours et toujours …

Atteindrez-vous un jour cet état de paix, de prospérité et (plus encore) de joie dans votre vie? La réponse est OUI! J’étais exactement dans votre situation pendant des années qui semblaient interminables! Et si je prends vraiment le temps de compter, je crois que j’ai été à cet endroit pendant plus de … désolée, je n’arrive pas à faire un calcul exact aussi tôt dans la journée! En fait, ma vie entière a été difficile. Ma meilleure amie, que je connais depuis le secondaire dit qu’elle ne connait personne d’autre qui ait eu une vie aussi difficile que la mienne. Mais moi, parce que j’ai beaucoup voyagé et que j’ai fait plusieurs rencontres, je sais qu’il y en a parmi vous qui ont vécu pire. Je pense cependant avoir traversé assez d’épreuves pour pouvoir vous dire que OUI, l’attente en vaut la peine – et votre attente a un but merveilleusement planifié!

Quand je regarde en arrière, je me rends compte que c’est l’attente qui a fait de moi celle que je suis aujourd’hui. L’attente m’a rendu capable de connaitre le Seigneur de la manière dont je le connais à présent. Je ne l’aurais jamais connu aussi intimement sinon, et je n’aurais jamais pu L’aimer et apprécier ma vie comme c’est le cas aujourd’hui ; en tout cas sûrement pas de la manière dont j’avais besoin de Le connaitre. Je pensais que c’était la restauration de mon mariage qui m’aurait permis d’avoir un Ministère plus efficace. Ainsi donc, quand j’ai perdu mon mariage restauré, j’ai pensé que mon ministère aux femmes était achevé. Cependant comme c’est le cas à chaque fois que nous sommes brisées, c’est à travers mon récent divorce que j’ai été à mesure d’aider d’innombrables femmes! Et j’ai finalement eu des réponses à certaines questions que je me posais. Avant, je pensais que mon Ministère était fondé sur la restauration de mon mariage, par conséquent les femmes que j’aidais désiraient ce que j’avais – un mariage restauré. Cependant aujourd’hui, les femmes voient ma joie et ma vie abondante et elles veulent ce que j’ai à présent – mon Bien-aimé dans toute Sa splendeur! Oh, pouvons-nous jamais douter de Ses Voies, ou perdre courage (ou Dieu nous en préserve) abandonner sans attendre que toutes Ses précieuses promesses se réalisent?

La bonne nouvelle pour vous toutes Mesdames et pour chaque femme dans ce monde est que la joie, la paix ou la prospérité (ou même l’amour) ne vous viendront pas d’un homme, d’une chose ou d’un poste. Bien qu’il m’ait fallu des années pour me retrouver à ce stade de ma vie, cette longue attente était nécessaire pour que Dieu m’utilise pour aider à vous construire une super-autoroute ou un train à grande vitesse vers vos désirs. Cela s’est fait durant les années au cours desquelles j’ai aplani le chemin sur lequel tant de femmes marchent et tombent. Le nom de cette autoroute est Jésus, notre Bien-aimé Époux, et Il vous portera dans Ses bras d’amour vers vos promesses! Vous devrez peut-être attendre que toutes vos promesses s’accomplissent, mais la salle d’attente dans laquelle Il vous a placée a été construite spécialement pour vous. Désirez-vous en savoir plus? Alors suivez-moi et apprenons pourquoi Dieu a prévu que nous passions par un moment d’attente avant de réaliser les promesses qu’Il a parfaitement l’intention de tenir une fois qu’Il saura que nous sommes vraiment prêtes.

Le But de l’attente

L’attente est l’un des aspects les plus difficiles de la marche chrétienne tout simplement parce que nous ne savons pas comment la vivre. Au lieu d’en bénéficier et d’en profiter, nous en souffrons ; souvent nous n’allons pas jusqu’au bout et nous renonçons ainsi à la promesse que nous attendons de Dieu.

Cependant, la Bible est claire sur le fait que quand Dieu nous montre quelque chose, quand nous pleurons à Lui, la promesse s’accomplira au temps fixé et ce temps n’est (généralement) pas tout de suite. Habacuc 2 :2-3 : « L’ÉTERNEL m’adressa la parole, et il dit : Écris la prophétie : Grave-la sur des tables, afin qu’on la lise couramment. Car c’est une prophétie dont le temps est fixé, elle marche vers son terme, et elle ne mentira pas ; si elle tarde, ATTENDS-la, car elle s’accomplira, elle s’accomplira certainement ». Et c’est la raison pour laquelle Il nous demande également d’écrire notre promesse, afin de pouvoir la lire fréquemment tout en ayant à l’esprit qu’Il est fidèle.

Comprendre pourquoi nous devons attendre est peut être encore plus important que la promesse en elle-même. Pour dire les choses clairement, quand Dieu nous montre quelque chose pour le futur, c’est parce que nous ne sommes pas prêts à l’assumer, ou d’en profiter pleinement, sans passer par une période d’attente.

Prenez par exemple la vie de Joseph. Il n’était qu’un jeune garçon quand il a vu dans une vision qu’il serait une autorité puissante et que sa propre famille se prosternerait devant lui. Cependant, il lui a fallu beaucoup d’années pour mûrir. Durant cette période, il a dû souffrir et grandir spirituellement avant de pouvoir être prêt à assumer la responsabilité ou le poste auquel il était destiné. Il n’y a rien qu’il aurait pu faire pour accélérer les choses, ou faire croire à Dieu qu’il était prêt, pour que sa vision se réalise.

Ensuite, il y a Moïse. Il était un jeune homme quand il s’est enfui au désert, et plusieurs années à l’écart de la vie publique se sont écoulées avant qu’il fut prêt à conduire les millions d’israélites vers la Terre Promise.

Pensez aussi à Esther qui n’aurait pas pu être reine avant d’apprendre à comprendre les siens, le peuple juif, sous la tutelle de son cousin Mardochée. Elle avait également besoin d’une année entière de soins de beauté pour pouvoir convoquer son mari, le roi, qui l’aurait normalement faite exécuter pour un tel acte. Dieu savait qu’elle n’était pas à mesure de faire face à l’énorme tâche de sauver le peuple juif, et à plus forte raison de révéler sa véritable identité de Juive.

Cependant, l’attente n’est pas prévue uniquement pour notre bien, elle existe aussi souvent parce que le moment n’est pas arrivé. Dieu orchestre la vie de chaque personne et la chronologie de chaque évènement à un moment fixé pour sa gloire. Nous avons tendance à oublier ce fait à cause de notre nature égocentrique. Tout ce que nous savons c’est que nous sommes fatigués d’attendre, en oubliant que le Seigneur doit être glorifié bientôt et que c’est pour cette raison que Dieu nous accordera ce miracle quoi qu’il en soit.

En ce qui me concerne, il m’a fallu plusieurs années de préparation émotionnelle et spirituelle et il a fallu également que je me retrouve au bon endroit pour que Dieu accomplisse toutes Ses promesses envers moi, de telle sorte que Ses miracles soient visibles aux yeux de tous. Quand j’étais dans l’épreuve, je souhaitais voir Dieu agir plus tôt ; mais je me rends compte à présent que je n’étais pas prête du tout à recevoir Ses promesses avant le temps fixé par Lui.  Mais revenons plutôt à ces phases d’attente qui sont généralement des périodes douloureuses durant lesquelles nous nous demandons si Dieu se préoccupe vraiment de nous.

N’est-ce pas de l’amour de Dieu dont il est question au final?

Quand nous souffrons et que notre situation ne change pas, c’est alors que nous commençons à douter de l’amour de Dieu pour nous. Nous nous demandons si nous comptons pour Lui autant que cette autre personne qui nous savons n’a pas eu à attendre aussi longtemps que nous. Nous commençons à nous demander si la chose en laquelle nous croyons et que nous avons demandé à Dieu est même en accord avec Sa volonté. Et avec ce genre de pensée négative et néfaste pour notre foi, nous laissons tout simplement tomber et nous renonçons à Sa promesse, en choisissant une chose que nous pouvons avoir sur le champ. Ensuite quand la promesse du départ se réalise, nous ne sommes plus à l’endroit qu’il faut ou bien nous nous préoccupons bien peu de ce que Dieu a été une fois de plus fidèle envers nous. Comme c’est triste.

C’est le mode de vie de plusieurs chrétiens – maintenant ou jamais, et c’est pourquoi ces mêmes personnes font de leur mieux pour vous pousser à vivre également de cette manière. Ils veulent seulement croire et prier pour vous durant une période raisonnable, et ensuite si la promesse ne se réalise pas, ils font de leur mieux pour vous encourager à douter de ce que Dieu vous a même fait cette promesse. Ils ne voient pas l’utilité de prier continuellement pour une chose qui n’arrive pas rapidement – ils ont mieux à faire de leur temps et de leurs prières.

Nous devons admettre que le mode de vie “tout de suite” qui est le nôtre, s’oppose aux méthodes de Dieu. Et il y a pire que le mode « tout de suite » : c’est le mode « prématuré ». Nous le voyons partout. Des femmes qui sont fatiguées d’être enceintes provoquent l’accouchement ; ou même si elles attendent de commencer le travail de manière naturelle, elles le feront accélérer par des médicaments ou elles se feront percer leur poche d’eaux. Oui, c’est très facile de céder à ces tentations quand vous souffrez et que ce médecin ou cette infirmière est là et vous offre un soulagement immédiat.

Nous n’attendons pas pour les choses que nous voulons, même les choses matérielles. Aujourd’hui nous n’avons pas à épargner pour quoi que ce soit. Nous pouvons tout acheter maintenant et le payer plus tard. Ce phénomène n‘est cependant pas récent, il en a été ainsi depuis bien longtemps. Prenez l’exemple de Sara qui a choisi de réaliser sa promesse d’avoir un fils à travers Agar, mais qui a payé plus tard pour son geste. Et nous continuons de payer pour l’impatience de Sara en vivant les guerres incessantes, la violence, la haine et les bains de sang au Moyen-Orient entre les deux fils d’Abraham, Ismaël (Islam) et Isaac (Israël). Si seulement Sara s’était montrée patiente…

Nous oublions souvent à cause de notre nature égoïste, que le fait d’aller au-devant de Dieu affecte inévitablement les autres. Ce n’est qu’en nous préoccupant plus de la volonté de Dieu que de la nôtre que nous pouvons patienter jusqu’à la fin. Si nous pouvions imaginer de quoi cette promesse ou toutes nos promesses réunies auront l’air quand elles se réaliseront au temps fixé, alors nous pourrions facilement endurer jusqu’à la fin et peut-être même apprendrions-nous à profiter de l’attente.

Et que dire de ces pensées irréelles, de l’imagination ? Notre imagination nuit-elle à notre marche spirituelle ou est-elle pour nous un moyen de parvenir à la destination désirée ? Je pense qu’elle peut faire les deux. Nous pouvons nous égarer si nous vivons trop dans le monde imaginaire. Mais je pense également que certaines pensées peuvent être bonnes si nous « imaginons et croyons » en ce que nous ne voyons pas et si nous faisons de notre mieux pour voir notre montagne déplacée. Mais vivre dans ce monde, c’est perdre Dieu de vue, ainsi que tout ce qu’Il a prévu pour nous ici durant l’attente au milieu de certaines souffrances qui contribuent à nous purifier et à nous préparer.

Quand je regarde en arrière, je peux voir à quel point Dieu m’a rendue endurante durant ma longue attente et des années remplies de nombreuses souffrances – tout cela afin de me préparer (comme Joseph et Moïse) pour aujourd’hui. Ce n’est que maintenant que je peux rester calme tout en ayant une vie extrêmement dure, remplie d’épreuves quotidiennes que je n’aurais pas pu endurer ou comprendre quand j’avais la trentaine ou la quarantaine. J’ignore comment Il a réussi à me changer, mais justement, c’est quelque chose qu’IL a fait. Il n‘y a rien que j’aurais pu faire et tout cela s’est produit durant l’attente. Dieu est entrain de nous mouler, vous et moi, minute après minute, jour après jour, à travers chaque évènement et circonstance de nos vies. Aucune des choses que vous vivez n’est sans valeur ou inutile. Tout cela constitue le terrain d’entrainement ou le feu purificateur qui nous prépare à la mission qu’Il a pour nous. Je pense que la plupart des femmes qui sont appelées à servir et à être utilisées par Lui sont trop occupées pour remarquer ce que Dieu fait et elles manquent très souvent leur appel ou bien elles n’y sont pas préparées le moment venu.

Elles sont également trop impressionnées par l’amplitude de l’appel qu’elles n’osent pas faire un pas en avant. Je me permets de dire très chère, que vous êtes l’une de ces femmes. Dieu vous a donné une vision de votre avenir qui est tellement incroyable que vous tremblez littéralement rien qu’à l’idée que cela puisse s’avérer possible. Alors vous cessez de penser à cette chose énorme en refusant d’accepter ce qui vous préparera à votre vision et au contraire vous priez et vous plaidez pour que les difficultés d’aujourd’hui changent. Est-ce la situation que vous vivez ? J’imagine que quelques larmes tomberont sur cette page puisqu’Il éclairera les zones cachées de votre cœur. Je le sais parce que j’ai été exactement dans votre situation. Et pour être honnête, j’y suis de nouveau puisque Dieu m’a montrée des choses encore plus grandes qu’Il a prévues pour moi. Ce sont des promesses qui sont grandes, incroyables mais également effrayantes. 

Néanmoins, j’ai décidé cette fois-ci de vivre les choses simplement comme elles viennent et de profiter de l’attente. De cette manière, je peux permettre à ma foi de grandir et utiliser mon temps au mieux durant l’attente. Chaque jour, je prends le temps de penser aux bénédictions de Dieu et de le remercier pour chacune d’elles (comme je l’ai dit précédemment dans ce chapitre). Et aujourd’hui, à l’instant même, je vais prendre le temps d’admirer la beauté de ce monde qu’Il  a créé pour Ses promises, vous et moi. Je vais prendre le temps d’aimer et de chérir ceux que Dieu a placé dans ma vie, de la même manière qu’Il aime et qu’Il nous chérit vous et moi.

Tout au long de la journée, je vais prendre le temps de dire à mon précieux Bien-aimé à quel point Il est tout ce que je veux et tout ce dont j’ai besoin. Ensuite, quand j’aurai une vision pour le futur ou que je lirai une promesse dans ma Bible, j’anticiperai sa réalisation et je ne perdrai pas du temps à me demander si j’ai correctement entendu Dieu – peu importe à quel point la vision ou la promesse me semble irréaliste aujourd’hui. Je vais simplement y croire parce que je connais Dieu et que je connais comment Il procède. Je sais grâce aux millions de choses qu’Il a déjà accomplies dans ma vie qu’Il est fidèle. Et si vous trouvez qu’il n’y a pas assez de preuves de Sa fidélité dans votre vie, alors observez juste la mienne (ou celles des autres femmes de notre communauté). (Et si vous n’êtes pas membre de notre communauté, vous devriez nous rejoindre parce que ce sont les femmes de notre communauté qui m’aident à avancer !)

Avant de conclure ce chapitre, permettez-moi de m’adresser à celles qui parmi vous vivent de terribles souffrances parce que je suis également passée par là. Premièrement, cette souffrance a un but ; je le sais par expérience. Il n’est facile pour personne d’avoir un cœur brisé et contrit, et c’est quelque chose de douloureux, mais nous n’avons qu’à regarder la vie de Jésus pour comprendre qu’Il sait ce que nous vivons et qu’Il « habitué à la souffrance / compatit vraiment à nos souffrances». Il nous est parfois difficile de comprendre comment Dieu, Son Père, a pu permettre que Son Fils unique subisse le supplice de la croix. Le fait qu’Il ait observé Son agonie au jardin de Gethsémané et qu’Il n’ait pas mis un terme à Ses souffrances quand Il l’a entendu pleurer, trembler et lutter rien qu’à la pensée de ce qui l’attendait, peut nous aider à comprendre le but de nos souffrances, car nous pouvons maintenant voir le résultat de la Mission de Jésus.

Comment un Père peut-il observer du ciel Son précieux Jésus crouler sous la croix à travers les rues qui verraient passer Son corps sans vie quelques heures plus tard. (Mais Dieu a envoyé quelqu’un pour porter Sa croix et Il a également envoyé une personne pour porter la vôtre, demandez-Lui juste de vous la montrer.) Vous êtes-vous déjà demandé comment Dieu le Père a pu voir Son Fils Unique sur la croix pendant toutes ces heures durant lesquelles Il a souffert et est mort, sans rien faire pour arrêter l’agonie et les souffrances ? Dieu ne voyait-Il pas les visages satisfaits de ceux qui avaient attendu ce jour où ils verraient Jésus de Nazareth mourir ? N’a-t-Il pas entendu les insultes et les moqueries adressées à Son Fils par la foule et par ceux qui semblaient insensibles à la douleur de cet Homme, parfait et sans péchés, dont ils venaient de tirer les vêtements au sort ? Comment Dieu a-t-il pu laisser une telle chose se produire ? Pourquoi n’a-t-il pas mis un terme immédiat à tout cela ? L’ennemi allait-il vraiment remporté la victoire, serait-il à mesure de détruire le bien que Jésus a fait sur la terre ?

Nous savons pourquoi cette souffrance était nécessaire. L’objectif était de nous sauver, vous et moi. Dieu le Père a vu d’avance toute la douleur, les insultes, la souffrance et les moqueries des autres envers vous et moi (envers votre ami, voisin, frère, sœur, mère, père, fils et fille). Il savait que nous avions besoin de ce précieux sang qui est d’abord coulé de sa sueur, ensuite de sa couronne, plus tard de Sa flagellation et finalement des clous dans Ses mains et pieds – et même de Son côté transpercé. Chaque goutte était nécessaire pour nous sauver ; pas une seule n’a été gaspillée. De même, la moindre douleur que Jésus et Dieu qui observait, ont endurée pour vous et moi, n’a pas été vaine.

Très chère, chaque fois que vous souffrez tout comme j’ai souffert, prenez un moment pour vous rappeler de Jésus et de ce qu’Il a fait pour vous et moi. De comment Il nous aide en ce moment, afin que la moindre souffrance ait un but particulier. C’est parce que je me souviens de cela que je peux compatir à vos douleurs et vous consoler comme je le fais. Vous me faites confiance parce que je suis passée par ce que vous vivez, et que je vous comprends véritablement. Dieu vous aime et Il se soucie de vous. S’Il a pu faire tourner la moindre douleur en faveur de Son Fils, cela ne signifie-t-il pas qu’Il a également un plan merveilleux pour vous et pour tous les autres qui bénéficieront de votre volonté de souffrir ? De la même manière que je m’en suis sortie et que je vous ai consolé, il y aura également des femmes de votre entourage que je ne rencontrerai jamais et qui auront également besoin de réconfort. Personne d’autre que vous ne les comprendra ou ne sera à mesure de leur donner le réconfort et l’espoir qu’il leur faut.

Chère lectrice, votre attente est voulue par Dieu. Chaque larme que vous versez est collectée dans Sa bouteille. Donc, à présent, refermez ce livre et allez sur le champ dans votre cellule de prière, laissez-Le vous consoler et permettez-Lui de vous envelopper de Son amour. Il peut et Il apportera la paix dans vos tempêtes, de la joie dans votre cœur brisé et de la force à votre corps et votre âme fatigués. Notre Époux, très chère, vous attend juste dans cet endroit tranquille pour essuyer toutes vos larmes et toute votre honte. Allez-donc maintenant dans votre cellule de prière et ressortez-en prête à consoler les autres, de la consolation dont nous-mêmes avons bénéficié de la part du Dieu Vivant – notre Époux Céleste.

CE QUE J’AI APPRIS