Chapitre 17 « Ouvrir les écluses des cieux »

« Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, dit l’Eternel des armées.
Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux,
si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance. »
— Malachie 3:10

French WW

Ceci est une déclaration très puissante de Dieu. A part dans ce verset, Dieu ne nous demande nulle part ailleurs de Le mettre à l’épreuve. Quelle est donc cette chose dont Dieu parle qui Le poussera à ouvrir les écluses des cieux pour répandre d’abondantes bénédictions sur nous?

« Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison; Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, dit l’Eternel des armées. Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance. » (Mal. 3:10)

L’avez-vous compris? Il s’agit de la dîme. Payer votre dîme poussera Dieu à ouvrir les écluses des cieux et à remplir votre vie de Ses bénédictions!

Plusieurs chrétiens sont réticents à apprendre autant qu’ils le peuvent sur ce principe important, mais de grâce, vous, ne le faites pas! Dieu veut que nous soyons fidèles et obéissants en toutes choses. Si nous sommes négligents ou choisissons de désobéir dans un aspect de notre vie, cela se répercutera négativement sur les autres.

Que signifie payer la dîme? C’est rendre à Dieu 10% de la première partie de vos revenus.

Notre société dans son ensemble est totalement ignorante de ce principe. Plusieurs églises mènent leurs ouailles vers la perdition en négligeant de leur enseigner l’importance de la dîme. En quoi est-ce grave? C’est grave parce que Dieu se met en colère quand nous ne Lui rendons pas ce qui Lui revient. « A l’Éternel la terre et ce qu’elle renferme, le monde et ceux qui l’habitent! » (Ps. 24:1). Payer sa dîme est un acte d’adoration.

Il y a trop chrétiens qui vivent dans la pauvreté, ou qui sont plus endettés que les païens. Dieu veut faire de chaque croyant « la tête et non la queue». Il veut que vous soyez « au-dessus » et non « sous » des dettes ou quoi que ce soit d’autre qui dirigera ou contrôlera votre vie » (De.28:13). Voici ce qui nous est demandé: « Ne devez rien à personne, si ce n’est de vous aimer les uns les autres » (Ro.13:8). « Le riche domine sur les pauvres, et celui qui emprunte est l’esclave de celui qui prête. » (Pr.22:7).

Si nous observons le seuil de pauvreté sous lequel vivent la plupart des gens dans le monde, nous pouvons dire que plusieurs chrétiens américains sont abondamment bénis. Nous dépensons notre argent dans des plaisirs pendant que nos églises, nos missionnaires, et ministères ont de la peine à joindre les deux bouts. Pourquoi? Parce que nous essayons de nous accrocher à ce que nous n’avons pas le droit de garder.

Nous prenons, mais nous donnons peu. « Sachez-le, celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment. Que chacun donne comme il l’a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte; car Dieu aime celui qui donne avec joie. » (2Co. 9:6-7).

Nous demandons et nous nous étonnons de ne rien recevoir. « Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions. » (Jacques 4:3).

Dieu voulait bénir son peuple, mais Il ne l’a pas fait parce que ceux-ci refusaient de donner à sa maison du trésor. Il leur dit dans Aggée 1:6-7: « Vous semez beaucoup, et vous recueillez peu, vous mangez, et vous n’êtes pas rassasiés, vous buvez, et vous n’êtes pas désaltérés, vous êtes vêtus, et vous n’avez pas chaud; le salaire de celui qui est à gages tombe dans un sac percé. Ainsi parle l’Éternel des armées: considérez attentivement vos voies! »

« Vous comptiez sur beaucoup, et voici, vous avez eu peu; Vous l’avez rentré chez vous, mais j’ai soufflé dessus. Pourquoi? dit l’Éternel des armées. À cause de ma maison, qui est détruite, tandis que vous vous empressez chacun pour sa maison. » Ag.1:9.

Comprendre le principe de la dîme

Le fait que certains chrétiens pensent à tort qu’ils ne peuvent pas «se permettre» de payer la dîme et de bénir Dieu avec leurs offrandes est ironique. La vérité est qu’ils sont simplement pris dans un cercle vicieux que seules l’obéissance et la foi peuvent guérir. Ils ne peuvent pas faire de dons parce qu’ils volent Dieu pour payer les hommes; par conséquent, ils se dérobent eux-mêmes des bénédictions!

En effet, c’est quand nous sommes dans une extrême pauvreté que Dieu nous demande de donner. Les chrétiens de Macédoine avaient compris et appliqué ce principe des offrandes. « Au milieu de beaucoup de tribulations qui les ont éprouvées, leur joie débordante et leur pauvreté profonde ont produit avec abondance de riches libéralités de leur part. » (2Co.8:2). On dirait la situation de plusieurs d’entre nous n’est-ce pas?

Pourquoi 10%?

Le mot dîme se dit « ma’asrah » en Hébreu et signifie « un dixième ». Donc quand Dieu nous parle dans Sa Parole de « payer la dîme », Il nous demande de Lui donner le dixième de nos revenus.

Pourquoi dois-je payer ma dîme en premier avant de régler mes factures?

C’est le principe des «prémices» de notre travail. Deutéronome 18:4 nous dit: « Tu lui donneras les prémices de ton blé, de ton mout et de ton huile, et les prémices de la toison de tes brebis. » Ensuite Dieu dit dans Exode 34:24 et 26: « Car je chasserai les nations devant toi, et j’étendrai tes frontières … Tu apporteras à la maison de l’Éternel, ton Dieu, les prémices des premiers fruits de la terre …»

Ce principe est confirmé dans le Nouveau Testament quand Jésus nous dit dans Matthieu 6:33: « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. »

Où dois-je payer ma dîme?

Malachie 3:10 nous dit: « Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison; Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, dit l’Éternel des armées. Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance. »

Votre maison du trésor est l’endroit où vous êtes nourrie spirituellement. Plusieurs chrétiens font l’erreur de donner ailleurs qu’au lieu où ils sont nourris spirituellement, ou de donner plutôt là où ils jugent qu’on a besoin d’argent – mais c’est de la folie. C’est comme aller au restaurant, commander à manger, puis dire au caissier quand on vous remet l’addition que vous préférez donner l’argent que vous devez au restaurant qui se trouve au coin de la rue parce qu’il ne fait de bonnes affaires!

Si vous fréquentez une église qui vous nourrit spirituellement, alors vous devriez donner au moins dix pour cent de vos revenus dans cette église. Cela signifie que si vous êtes membre d’une autre église et que vous vous désirez semer financièrement dans notre ministère (ou dans tout autre ministère ou mission), cela devrait être une offrande « au-delà » de votre dîme. Nous ne voulons pas que vous voliez votre église pour semer dans notre ministère car cela « ne vous serait d’aucun avantage. » (Hé.13:17).

Cependant plusieurs membres de nos communautés qui (pour diverses raisons) ne sont pas membres d’une église, mais qui sont nourris à travers notre ministère payent leur dîme en semant dans la restauration des mariages, puisque c’est par ce canal qu’ils sont spirituellement nourris.

Je vous encourage à nouveau comme depuis le début de ce livre à rechercher la volonté de Dieu. Cela est valable pour toutes choses, y compris vos finances. Soyez fidèles et obéissantes envers Lui!

Ne commettez pas l’erreur de respecter scrupuleusement tous les principes de la restauration de votre mariage mais de faillir en ne payant pas votre dîme. Sinon votre mariage ne sera pas restauré parce que vous volez Dieu.

Rappelez-vous Malachie 3:8-9 nous dit: «Un homme trompe-t-il Dieu? Car vous me trompez, et vous dites: En quoi t’avons-nous trompé? Dans les dîmes et les offrandes. Vous êtes frappés par la malédiction, et vous me trompez, la nation tout entière!

Mais puisque je ne vis pas sous la loi mais sous la grâce, les 10% ne sont plus obligatoires n’est-ce-pas?

La grâce de Dieu garantit de donner plus, pas moins. Quand nous avons fait l’expérience de Son pardon, de Sa grâce, de Sa compassion et du sacrifice du sang versé par lequel nous prenons part à Sa gloire, cela devrait augmenter notre volonté de donner plus et certainement pas moins.

«…Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.» (Mt.10:8).

« Lui, qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui? » (Ro.8:32).

Cependant, «… celui qui sème abondamment moissonnera abondamment. Que chacun donne comme il l’a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte; car Dieu aime celui qui donne avec joie. » (2Co.9:6-7).

Si nous sommes indécises et que nous ne faisons pas entièrement confiance à Dieu pour subvenir à nos besoins, « qu’un tel homme n’espère pas obtenir quelque chose du Seigneur ». Quand nous nous accrochons à ce dont nous avons essayé de prendre soin par nous-mêmes, nous ne verrons jamais Dieu agir puissamment en notre faveur.

Dieu veut répandre Sa puissance et Ses bénédictions dans nos vies. Quand nous payons simplement notre dîme, nous faisons preuve d’obéissance. Mais quand dans un acte d’adoration, nous donnons librement au-delà de ce qui est prescrit, nous ouvrons véritablement les portes au Seigneur afin qu’il répande Ses bénédictions et accomplisse Sa volonté dans nos vies.

Nous savons qu’Il « peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons. » (Eph.3:20 LSG)

« Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. » (Mt.6:33 LSG). Acceptons-nous de prendre Dieu au mot ou non?  

Les principes de l’intendance

Comme nous l’avons vu, payer la dîme est un principe important dans la Bible. Dieu attend de nous que nous Lui rendions 10% de ce qu’Il nous offre si généreusement. En effet, ce qu’il nous donne Lui appartient toujours. Nous sommes simplement des intendants à qui Il a confié la terre et tout ce qu’elle contient. La façon dont nous gérons ce qu’Il nous confie – notre argent, nos talents, notre temps – démontre notre obéissance à Sa Parole, notre confiance en Sa Promesse de prendre soin de nous et plus important notre foi en Lui.  

La manière dont vous contrôlez et gérez vos finances est fondamentale pour votre vie chrétienne. De même, votre compréhension des principes de Dieu sur l’intendance vous rendra mature dans votre marche spirituelle et vous permettra d’hériter des bénédictions que Dieu a en réserve pour vous.  

Comme vous l’avez lu jusqu’ici dans ce livre, Dieu agit dans plusieurs domaines de notre vie qui affectent indirectement notre mariage. Ça ne suffit pas de se concentrer exclusivement sur les principes du mariage, une fois de plus comprenez que Dieu utilise cette épreuve dans votre mariage pour vous transformer plus en Son image en vous épargnant la corruption du monde et en vous indiquant le chemin de la vie.  

Les richesses de Dieu ne sont pas destinées à nous «enrichir» à la manière du monde, par contre Ses bénédictions font partie de notre héritage. Dieu veut nous rendre prospères (Jé.29:11) dans la mesure où Il est certain que nous utiliserons notre héritage avec sagesse, et que nous ne laisserons pas la prospérité causer notre ruine. Offrir une voiture à un enfant trop jeune se terminera certainement en tragédie. Ce n’est que quand un parent juge que son enfant est mature qu’il lui remet les clés de la voiture.

Dieu veut que nous ayons une attitude responsable avec l’argent, car il peut affecter notre aptitude à prendre des décisions réfléchies: « Je te demande deux choses: ne me les refuse pas, avant que je meure! Éloigne de moi la fausseté et la parole mensongère; Ne me donne ni pauvreté, ni richesse, accorde-moi le pain qui m’est nécessaire, de peur que, dans l’abondance, je ne te renie et ne dise: Qui est l’Éternel? Ou que, dans la pauvreté, je ne dérobe, et ne m’attaque au nom de mon Dieu. » (Pr.30:7-9).

C’est évident que Dieu désire bénir Ses enfants. Voici quelques versets qui montrent ce que Dieu pense de vous, Son enfant:

« C’est la bénédiction de l’Éternel qui enrichit, et il ne la fait suivre d’aucun chagrin. » (Pr.10:22).

« Le fruit de l’humilité, de la crainte de l’Éternel, c’est la richesse, la gloire et la vie. » (Pr.22:4).

« C’est par la science que les chambres se remplissent de tous les biens précieux et agréables. » (Pr.24:4).

« Un homme fidèle est comblé de bénédictions, mais celui qui a hâte de s’enrichir ne reste pas impuni. » (Pr.28:20).

Ces versets renforcent l’idée que les bénédictions financières sont accordées sous certaines conditions (la maturité spirituelle) et qu’elles résultent véritablement des dispositions de notre cœur (l’absence d’avidité).

Nous voulons tous les bénédictions de Dieu dans notre vie, mais saviez-vous que la façon dont vous gérez vos bénédictions financières influence grandement votre relation avec le Seigneur et la puissance de l’action de Dieu dans votre vie?

« Nul ne peut servir deux maitres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon. » (Mamon: Richesses trompeuses, l’argent, les biens matériels, ou tout ce à quoi on se fie). (Mt.6:24 LSG).

« Celui qui est fidèle dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes, et celui qui est injuste dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes. Si donc vous n’avez pas été fidèles dans les richesses injustes, qui vous confiera les véritables? » (Luc 16:10-11).

Grandir dans notre aptitude à être utilisés pour Dieu, ce qui est la richesse spirituelle, et gagner de plus grandes choses (avoir la puissance et la présence de Dieu dans nos vies) dépendent en partie de la manière dont nous gérons nos finances.

L’argument le plus convaincant de ce que nous affirmons est qu’il y a plus de 500 références bibliques sur la foi et 500 sur la prière, mais plus de 2000 versets qui se réfèrent à nos finances! En plus des lois spirituelles qu’Il a établies à la création de l’univers (voir le chapitre 1), Dieu a aussi fixé des lois financières qu’Il nous fait connaitre par Sa Parole. Nous bénéficions donc des avantages du respect de ces lois ou au contraire nous subissons les conséquences de notre désobéissance, peu importe si nous les ignorons ou si nous avons choisi de les rejeter. Ces lois existent, et tout comme la loi de la gravité, elles ne peuvent être remises en question.

Principe n˚1: Nous récoltons ce que nous avons semé.  

L’un des principes les plus importants de l’intendance est celui de la semence et de la moisson. Pour moissonner, nous devons au préalable avoir semé. Il y a beaucoup de versets qui nous décrivent ce principe. En voici quelques-uns :

« Sachez-le, celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment.» (2Co.9:6).

« Ceux qui sèment avec les larmes moissonneront avec chants d’allégresse. » (Ps.126:5).

« Ne vous y trompez pas: on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. » (Ga.6:7).

« Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption; mais celui qui sème pour l’Esprit moissonnera de l’Esprit la vie éternelle. » (Ga.6:8)

« Ne nous lassons pas de faire le bien; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas. » (Ga.6:9)

Quand nous semons en comprenant ce principe et en ayant la foi en le Seigneur et Sa Parole, nous devons nous attendre à récolter à l’endroit même où nous avons semé! C’est vraiment excitant!

Aucun agriculteur ne perdrait du temps ou de l’argent pour des semailles s’il ne s’attendait pas à une récolte. De plus, s’il veut une récolte de maïs, il sèmera du maïs ou s’il veut récolter du blé, il sèmera du blé.  

Par conséquent, si vous voulez récolter la bonté, semez de la bonté. Si vous voulez récolter le pardon, pardonnez! Si vous voulez récolter la restauration de votre mariage, alors semez la restauration par votre soutien financier et/ou en aidant les personnes autour de vous – et attendez-vous à une récolte, puisque les principes et les promesses de Dieu sont vrais et qu’Il est fidèle!!  

Nous pouvons aussi croire Dieu quand Il dit que travailler pour Son service signifie investir dans notre vie future. « Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi est ton cœur. » (Mt.6:19-21). Plus important encore, ce que nous faisons de notre argent ici sur terre est un véritable indicateur de ce qui compte vraiment pour nous.

« Celui qui fournit de la semence au semeur, et du pain pour sa nourriture, vous fournira et vous multipliera la semence, et il augmentera les fruits de votre justice. Vous serez de la sorte enrichis à tous égards pour toute espèce de libéralités, qui, par notre moyen, feront offrir à Dieu des actions de grâces. » (2Co. 9:10-11).

En d’autres mots quand Dieu nous accorde une moisson abondante, ce n’est pas pour que nous la gardions égoïstement pour nous, mais plutôt pour que nous semions encore plus dans le royaume des cieux.

Ce sont les chrétiens fortunés qui aujourd’hui permettent aux différents ministères de se maintenir, qui envoient des missionnaires dans des pays étrangers et qui aident nos églises à ramener les âmes égarées vers le Seigneur. Ils ne se servent pas de leur argent pour leur propre plaisir, car ils se sont rendus compte qu’en investissant dans les choses de Dieu, ils avaient une joie et une satisfaction véritables.

Cependant nous ne devons pas oublier que la pauvreté et la richesse sont des termes relatifs. Ce que nous appelons « seuil de pauvreté » aux Etats-Unis serait considéré comme de l’abondance dans d’autres pays.  

En tant que chrétiens, nous devons apprendre le contentement en toutes circonstances. L’apôtre Paul nous rappelle dans Philippiens 4:12: « Je sais vivre dans l’humiliation, et je sais vivre dans l’abondance. En tout et partout j’ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans la disette. »   

En effet, il y a des périodes où Dieu appelle Ses saints à souffrir, à subir le martyr ou à vivre pauvrement (comme la pauvre veuve qui a donné ses deux pièces – tout ce qu’elle possédait) pour Le glorifier. Quand Il nous appelle à vivre pauvrement ou à souffrir, Il nous donne la grâce de supporter cette épreuve avec joie et actions de grâce (et sans murmures ou plaintes).   

Même si nous ne pouvons pas comprendre toutes les raisons pour lesquelles Dieu permet la pauvreté, nous pouvons avoir confiance dans le fait que Ses voies sont élevées au-dessus des nôtres. «Au milieu de beaucoup de tribulations qui les ont éprouvées, leur joie débordante et leur pauvreté profonde ont produit avec abondance de riches libéralités de leur part. » (2Co.8:2). Quelques fois les personnes qui sont le plus dans le besoin sont les plus généreuses! Pour quelqu’un de cupide, une perte d’argent serait une manière pour Dieu de le briser, de le ramener à Lui et de lui enseigner à compter uniquement sur Lui.  

Malheureusement dans notre pays on ne peut généralement pas susciter l’intérêt ou attirer l’attention de sa famille, de ses amis ou de ses voisins si on est pauvre et endetté. Mais si nous sommes bénies financièrement, nous devons servir de témoignage aux autres en leur permettant de « lire » Dieu dans nos vies, et non en leur prêchant notre droiture ou en condamnant leur mode de vie. « C’est vous qui êtes notre lettre, écrite dans nos cœurs, connue et lue de tous les hommes. » (2 Co.3:2). Nous devons exhiber les fruits de notre Père. Nous devons être en paix au milieu de nos troubles, bénir nos ennemis, pardonner librement, et accepter toutes choses que le Seigneur permet. Notre générosité doit Le glorifier, car il s’agit peut-être du geste que Dieu utilise pour attirer les autres à Lui!  

«…Et que sans cesse ils disent: Exalté soit l’Éternel, qui veut la paix de son serviteur! » (Ps.35:27).  

Principe n˚2: Toutes choses appartiennent à Dieu.

Le psaume 24:1 (LSG) dit tout simplement: « A l’Éternel la terre et ce qu’elle renferme…» Tout ce que nous avons appartient à Dieu.

« A toi, Éternel, la grandeur, la force et la magnificence, l’éternité et la gloire, car tout ce qui est au ciel et sur la terre t’appartient. » (1Ch. 29:11)

« L’argent est à moi, et l’or est à moi, dit l’Éternel des armées. » (Ag.2:8).

Tout ce que nous avons, et ce peu importe la quantité, est un prêt qui nous est fait – nous ne sommes que des intendants. Sachez une fois de plus que la manière dont nous gérons ce qui nous a été confié (comme dans la parabole de Luc 16) déterminera s’Il nous accorde plus de biens ou s’Il enlève ce que nous avons déjà.

Principe n˚3: Dieu pourvoit à tous nos besoins.

« Garde-toi de dire en ton cœur: Ma force et la puissance de ma main m’ont acquis ces richesses. Souviens-toi de l’Éternel, ton Dieu, car c’est lui qui te donnera de la force pour les acquérir, afin de confirmer, comme il le fait aujourd’hui, son alliance qu’il a jurée à tes pères. Si tu oublies l’Éternel, ton Dieu, et que tu ailles après d’autres dieux, si tu les sers et te prosternes devant eux, je vous déclare formellement aujourd’hui que vous périrez. » (De. 8:17-19).

« Car qui suis-je et qui est mon peuple, que nous puissions te faire volontairement ces offrandes? Tout vient de toi, et nous recevons de ta main ce que nous t’offrons. Nous sommes devant toi des étrangers et des habitants, comme tous nos pères; nos jours sur la terre sont comme l’ombre, et il n’y a point d’espérance. Éternel, notre Dieu, c’est de ta main que viennent toutes ces richesses que nous avons préparées pour te bâtir une maison, à toi, à ton saint nom, et c’est à toi que tout appartient. » (1 Ch.29:14-16).

« Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse, avec gloire, en Jésus-Christ. » (Ph. 4:19).

Que vous l’ayez reçu en paiement de votre travail ou que cela vous ait été donné, quelle est la Source de tout ce que vous possédez? C’est Dieu.

Principe n˚4: Dieu veut la première part de ce qu’Il vous donne

Plusieurs chrétiens font des dons à leur église et à des organisations caritatives mais ils ne sont pas bénis parce qu’ils ne comprennent pas ce principe important. Dieu nous fait clairement savoir tout au long de la Bible qu’Il veut passer en premier dans tous les domaines de nos vies.

Si vous payez vos factures avant de rendre à Dieu ce que vous Lui devez, alors Il n’est pas la priorité dans vos vies et vous avez perdu votre bénédiction. Nous apprenons dans le chapitre 5 « Votre premier amour » que Dieu enlève tout ce que nous faisons passer avant Lui.

« Honore l’Éternel avec tes biens, et les prémices de tout ton revenu: alors tes greniers seront remplis d’abondance, et tes cuves regorgeront de mout. » (Pr. 3:9-10) Le principe est clair: nous devons donner à Dieu en premier.

Les chrétiens se disent souvent qu’ils ne peuvent pas payer la dîme puisqu’ils arrivent à peine à joindre les deux bouts. Ils arrivent à cette conclusion parce qu’ils ne comprennent pas ce qui se passe avec leurs revenus. Aggée 1:9 dit que Dieu «s ouffle sur » ce que vous ramenez à la maison et qu’Il permet au dévoreur de s’emparer de ce qui devait Lui revenir de droit.

« Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison; mettez-moi de la sorte à l’épreuve, dit l’Éternel des armées. Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance. Pour vous je menacerai celui qui dévore, et il ne vous détruira pas les fruits de la terre, et la vigne ne sera pas stérile dans vos campagnes, dit l’Éternel des armées. » (Mal. 3:10-11).

Les chrétiens qui ne payent pas leur dîme font face chaque mois à des dépenses «imprévues» comme des réparations à faire ou d’autres choses pour lesquelles ils n’étaient pas préparés. Cela leur arrive simplement parce qu’ils ignorent ce principe. Car si Dieu passe en premier dans votre vie, – premier dans votre cœur, premier au début de votre journée et le premier dans vos finances – Il «ouvrira pour vous les écluses des cieux, répandra sur vous les bénédictions en abondance» et «menacera pour vous celui qui dévore».

Ceux qui s’humilient en payant leur dîme et en faisant des offrandes à Dieu jouiront d’une paix abondante ! « Les misérables possèdent le pays, et ils jouissent abondamment de la paix. » (Ps.37:11) Sa Parole nous dit: « Le malheur poursuit ceux qui pèchent, mais le bonheur récompense les justes. » (Pr.13:21).

Principe n˚5: Ce que vous faites des prémices de vos revenus détermine ce que Dieu fera du reste.

Abraham n’a pas refusé d’offrir son fils en sacrifice à Dieu, quand Il lui a demandé de le faire. Alors Dieu lui a dit: « Car je sais maintenant que tu crains Dieu, et que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique … parce que tu as fait cela, et que tu n’as pas refusé ton fils, ton unique, je te bénirai …» (Ge. 23:12, 17).

Dieu a dit aux soldats qui avaient pris la ville de Jéricho qu’ils ne devaient pas s’emparer du butin de cette première ville, mais qu’Il leur offrait celui des autres villes. Dieu commence toujours par éprouver les dispositions de notre cœur. « Le creuset est pour l’argent, et le fourneau pour l’or; mais celui qui éprouve les cœurs, c’est l’Éternel. » (Pr.17:3). Néanmoins l’un des soldats, Acan, ne put résister et vola une partie du butin interdit. L’armée d’Israël fut donc battue en s’attaquant à la ville suivante, Aï, qui était pourtant plus petite que Jéricho et qui aurait été facilement conquise (voir Josué 6).

Ce principe ne vaut pas que pour vos finances ou votre restauration, mais bien pour tous les domaines de votre vie. Quand nous ne donnons pas premièrement à Dieu ce qui Lui revient, nous le volons. Il ne veut aucun autre dieu que Lui: ni nos époux, ni nos mariages ou nos carrières. Ce que vous faites de la première part dans chaque domaine de votre vie détermine ce que Dieu fera du reste – soit le bénir soit le maudire.

Vivez-vous une crise financière?

« Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. » (Mt. 6:33).

Vous êtes-vous tournée vers le Seigneur à propos de vos finances? Dans Philippiens 4:19 la Bible nous enseigne clairement que le Seigneur est celui qui pourvoit à tous nos besoins. Cependant si nous allons vers les autres avec nos problèmes au lieu de nous tourner vers le Seigneur – si nous ne le «cherchons pas premièrement» – alors, toutes ces choses ne nous seront pas « données en plus ».

Appliquez-vous les principes du Seigneur sur la sécurité financière? Les Écritures disent que nous devons payer la dîme afin « d’être remplis d’abondance» et de « déborder » (Pr.3:9-10). Nous sommes également encouragées à « semer » si nous voulons récolter (Ga. 6:7 et 2Co. 9:6). Avez-vous semé et payé assidument votre dîme? Prenez le temps de lire ces passages de l’Ecriture plusieurs fois, ensuite priez le Seigneur pour qu’il change la manière dont vous lui faites confiance, en vous permettant d’accomplir son commandement donné à tous les croyants c’est-à-dire, Lui rendre ce qu’Il nous donne.

Si vous régulièrement votre dîme et que malgré tout vous connaissez des difficultés financières, assurez-vous de respecter toutes les lois de Dieu. Il y a plusieurs références  dans l’Écriture sur les causes de la pauvreté comme par exemple: le fait de ne pas demander (Jacques 4:2), demander avec de mauvaises intentions (Jacques 4:3), l’adultère (Pr.6:26), les excès d’alcool et de table (Pr.21:17, Pr.23:21), la paresse (Pr.10:4, Pr.14:23, Pr.28:18-20), le refus de la réprimande et de la correction (Pr.13:18), les décisions hâtives (Pr.21:5), opprimer les pauvres (Pr.22:16) et bien sûr ne pas donner à Dieu ce qui Lui revient de droit.

En apportant nos dîmes et nos offrandes à Dieu, nous devons nous assurer que nous rendons à nos maris l’honneur qu’ils méritent. « Le cœur de son mari a confiance en elle, et les produits ne lui feront pas défaut. » (Pr. 31:11). Votre mari peut-il vous faire confiance s’il a des difficultés à subvenir à vos besoins? Vous a-t-il demandé de vous débarrasser de vos cartes de crédit mais vous, vous continuez à les gardez? Etes-vous dépensière, veillez-vous à la bonne marche de votre foyer? L’avez-vous humilié en public? Assurez-vous que vous êtes pure de cœur et fidèle à votre mari en toutes choses.  

J’ai appris le principe de la dîme quand j’étais ruinée et mère célibataire de quatre enfants. Bien qu’à cette époque je vivais près du seuil de pauvreté, j’ai payé la dîme pour la première fois de ma vie. Non seulement j’ai semé en donnant 10% de mes maigres revenus, mais en plus j’ai semé dans la vie des femmes qui vivaient des tragédies (en leur parlant de la capacité de Dieu à restaurer leurs mariages).

Mes offrandes au Seigneur ont maintenu un niveau de vie standard dans notre foyer en l’absence de mon mari. Quand mon mari est revenu à la maison, Dieu a bénit mon geste en le poussant à payer la dîme sans que j’ai besoin de le lui demander! Si vous trouvez difficile de donner autant, dites-vous que Dieu possède toutes choses que nous avons et que ce n’est que par Sa grâce que nous avons « la force pour les acquérir, afin de confirmer, comme il le fait aujourd’hui, son alliance » avec nous. (De.8:18) Par conséquent, assurez-vous de Lui donner en premier pour prouver qu’Il est le premier dans votre vie!

Qui choisissez-vous de servir, Dieu ou Mammon (l’argent)?

Beaucoup trop de personnes sont réticentes à enseigner sur les offrandes à cause des abus de confiance dont les gens ont déjà été victimes et parce qu’ils ne veulent pas être considérés comme des « chercheurs d’argent »; sauf que le fait de ne pas en parler ne change rien à la vérité du message. Cherchez la vérité par vous-mêmes. Mettez-Le à l’épreuve pour voir s’Il est fidèle à Sa promesse. Donnez à Dieu en premier, payez votre dîme à la maison du trésor (ou vous êtes nourrie spirituellement) et voyez si votre vie change et si vous êtes bénie dans tous les domaines.

Dieu est celui qui pourvoit aux besoins de notre ministère et à ceux de notre famille. Nous semons dans les vies de ceux qui ont le cœur brisé et nous les arrosons avec le soutien permanent de notre communauté, mais c’est Dieu qui apporte la croissance. Nous ne comptons que sur Dieu pour pourvoir à nos besoins.

Enseigner superficiellement un principe d’une telle importance à ceux et celles qui viennent vers nous pour de l’aide, du soutien et de l’orientation serait semblable à un berger qui néglige de nourrir ses brebis.

Jésus demande de nourrir Ses brebis et Dieu dit dans Osée 4 que Son peuple périt parce qu’il lui manque la connaissance (Os.4:6). Plusieurs parmi ceux qui viennent vers nous sont de nouveaux chrétiens ou fréquentent une église ou ce principe et d’autres principes de restauration ne sont pas enseignés. Notre mission est de former des disciples du Seigneur, de leur donner les outils dont ils ont besoin pour transformer leurs vies.

Pour ceux qui n’ont jamais offert leur dîme à Dieu, puisse-t-Il vous prouver que vous pouvez faire plus avec 90% de votre salaire qu’avec les 100% que vous étiez habituée à gérer. Il vous faudra faire preuve de foi, mais tout comme vous avez choisi la restauration de votre mariage plutôt que de passer à autre chose, votre vie ne sera plus la même.

Pour ceux qui paient leur dîme (mais qui ne donnent pas à Dieu en premier), puissiez-vous revoir vos priorités dans chaque domaine de votre vie et toujours accorder la première place à Dieu.  

Dieu est un Dieu qui désire ardemment nous combler de Ses grâces; Il désire ardemment nous bénir !

«…Et que sans cesse ils disent : Exalté soit l’Éternel, qui veut la paix de son serviteur!» (Ps.35:27).

Laissez-moi conclure avec cette promesse merveilleuse: «Ceux qui sèment avec larmes moissonneront avec chants d’allégresse.» (Ps.125:5). Alléluia!!

Engagement personnel: à donner. « Sur la base de ce que j’ai appris des Écritures, je m’engage à faire confiance et à bénir le Seigneur avec mes finances. Je me tournerai vers le Seigneur pour savoir comment et où payer ma dîme. Je sèmerai dans la restauration des mariages en partageant la bonne nouvelle sur la restauration à ceux que Dieu amène dans ma vie, et en apportant mon soutien financier avec les moyens que Dieu m’accordera. »

Si tu es prête à prendre cet engagement envers Dieu,et si tu es d´accord et prête à documenter cette étape de ton Parcours de Restauration, sous forme de questionnaire: „ce que j´ai appris“, clique ICI

Si tu souhaites être mise en contact avec une e-partenaire similaire pendant ta restauration, tu dois prendre soin verser ton coeur à chaque leçon.