Chapitre 8 « Femmes, soyez soumises »

« Femmes, soyez soumises à vos maris,
comme il convient dans le Seigneur. »
— Colossiens 3:18

French WW

Une femme a téléphoné un jour et a demandé: « jusqu’à quel point Dieu attend d’une femme qu’elle soit soumise à son mari?» Peut-être vous posez vous la même question ou peut-être ne voulez-vous pas le savoir, parce que vous avez le sentiment que c’est quelque chose de démodé, d’ancien ou de pas praticable de nos jours.

Dans ma lutte pour mon mariage, j’ai été confrontée à de sérieuses décisions liées à la soumission. Laissez-moi vous conduire à travers le même voyage que le Seigneur m’a fait faire quand j’examinais les Ecritures pour trouver Ses réponses. Tout d’abord, observons deux exemples de soumission que Dieu demande particulièrement aux femmes de suivre:

Jésus

Suivez ses traces. « Et c’est à cela que vous êtes appelés, parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces, … lui qui, injurié, ne rendait point d’injures, maltraité, ne faisait point de menaces, mais s’en remettait à celui qui juge justement. » 1 Pi. 2: 21-23.

Soumises de la même manière. Juste après 1 Pi. 2 qui nous demande de « suivre ses traces », le chapitre 3 commence immédiatement par « soyez de même soumises ». Il nous dit que nous les épouses, devons-nous soumettre à nos maris « de même » qu’Il s’est soumis à Dieu, Son Père Céleste. Jésus était soumis à l’autorité de Dieu le Père, et nous devons être soumises à l’autorité de nos maris.

Christ est le chef de TOUT homme. Nous savons et comprenons que Dieu le Père est au-dessus de Jésus, maintenant comment pouvons-nous être sûres que notre mari (croyant ou non) est au-dessus de nous? « Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l’homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ. » 1 Cor. 11:3.

Ils n’obéissent pas à la Parole. Maintenant que nous sommes certaines que Dieu s’adresse aux épouses, quel est son commandement? « Femmes, soyez de soumises à vos maris, afin que, si quelques-uns n’obéissent point à la parole, ils soient gagnés sans parole par la conduite de leurs femmes, en voyant votre manière de vivre chaste et réservée. » 1 Pi. 3:1-2.

Si nous regardons dans la Bible, la version KJV, le même verset dit « qu’ils soient gagnés par la conversation de leurs femmes ». J’ai pensé, « C’est extraordinaire ; je peux parler à mon mari de toutes ses erreurs! » Mais devinez quoi ? j'ai recherché le mot « conversation » via les concordances et j'ai découvert que cela signifiait « attitude », non pas parler! Ce qui m'a surpris encore plus, c'est un verset dans 1 Pierre. Il est dit que Sarah a obéit à son mari Abraham, et je pourrais devenir comme elle.

Sara

L’appelant son seigneur. En continuant de lire, il est dit, « comme Sara, qui obéissait à Abraham et l’appelait son seigneur. C’est d’elle que vous êtes devenues les filles, en faisant ce qui est bien, sans vous laisser troubler par aucune crainte ». 1Pi. 3:6.

Nous pouvons devenir comme Sara: 1) en obéissant à nos maris comme elle l’a fait, et 2) en le faisant sans être « troublées par aucune crainte ». De quoi aurions-nous peur? En fait, qu’est ce qui a été demandé à Sara par son mari Abraham et qui aurait pu lui causer de l’effroi?

Dans Genèse 12:11-13 et aussi dans Genèse 20:2, nous voyons comment Abram (plus tard Abraham) a demandé à Saraï (plus tard Sara) de mentir! De pécher! Abraham lui a demandé de dire qu’elle était sa sœur, ce qui permettait qu’elle devienne l’épouse d’un autre homme! Elle a obéi à son mari. Ça c’est de la soumission! Il n’y a pas beaucoup de femmes qui se seraient soumises ainsi!

Si c’était le seul passage des Ecritures portant sur la soumission d’une épouse à son mari, peut-être nous pourrions nous y soustraire. Cependant, ce n’est pas le seul passage sur la soumission d’une épouse envers son mari. Nous allons découvrir que les Ecritures ont beaucoup plus à dire sur le sujet.

Soumises en toutes choses. Les Ecritures expliquent que votre relation avec votre mari doivent être à l’image de la relation de Christ avec l’Eglise. « Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Eglise, qui est son corps, et dont il est le sauveur. Or, de même que l’Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses. » Eph. 5:22-24. N’est-il pas triste que plusieurs églises ne se soumettent pas au Christ et à Ses enseignements, et de la même manière que plusieurs femmes ne se soumettent pas à leurs maris? Y a-t-il une corrélation entre ces deux phénomènes?

Qui espéraient en Dieu. Où est-ce que je place mon espoir quand je me soumets à mon mari, en essayant d’être une « sainte femme »? « Ainsi se paraient autrefois les saintes femmes qui espéraient en Dieu, soumises à leurs maris. » 1Pi.3:5. Notre espoir et notre confiance doivent être en Dieu (voir leçon 5, « gagnés sans un mot », car « mon peuple est détruit parce qu’il lui manque la connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance…» Osée 4:6).

Comment pouvons-nous faire confiance en Dieu si notre autorité nous a fait du mal? Les Ecritures disent, « Ce n’est pas pour une bonne action, c’est pour une mauvaise que les magistrats sont à redouter. Veux-tu ne pas craindre l’autorité? Fais le bien, et tu auras son approbation.» Rom.13:3. Comment est-ce que les Ecritures peuvent déclarer une chose pareille quand nous savons que très souvent l’autorité au-dessus de nous ne fait pas attention, ni ne prends soin de nous. Comment Sara a-t-elle fait pour se soumettre à son mari? Sara faisait totalement confiance à Dieu. Ce n’est pas en son mari qu’elle avait confiance. Abraham était doublement responsable de l’avoir mise dans une situation compromettante avec Pharaon! Elle a simplement et complètement fait confiance à Dieu. « Béni sois l’homme qui se confie dans l’ETERNEL, et dont l’ETERNEL est l’Espérance!» 1Jer. 17:7. « Maudit soit l’homme qui se confie dans l’homme, qui prend la chair pour appui, et qui détourne son cœur de l’ETERNEL!» Jer. 17:5.

Plusieurs femmes ont pensé, « j’ai épousé le mauvais homme ». Sara a certainement eu cette pensée à cette occasion; j’ai pensé pareillement. Nous pouvons passer nos journées à nous dire « et si …» au lieu de cela, trouvons du répit dans ce verset: « Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures; car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. » Rom. 13:1. Notre Père savait qui nous allions épouser avant même la fondation de la terre. Il utilisera cette situation pour notre bien, si nous pouvons arrêter de penser aux « et si…», et nous concentrer sur les objectifs de Dieu pour nos souffrances. « Il a appris bien qu’il fut fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes. » Heb.5:8 (voir leçon 10, « Diverses épreuves », « Car mon peuple est détruit parce qu’il lui manque la connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance…» Osée 4:6).

Quand j’ai observé l’exemple de Christ et de Sa soumission, j’ai pu voir que Sa situation était très similaire à la mienne. Jésus était confronté à des hommes dénués de raison, qui l’ont insulté, l’ont fait souffrir et l’ont menacé. « Serviteurs, soyez soumis en toute crainte à vos maitres, non seulement à ceux qui sont bons et doux, mais aussi à ceux qui sont d’un caractère difficile… lui qui, injurié, ne rendait point d’injures, maltraité, ne faisait point de menaces, mais s’en remettait à celui qui juge justement. » 1Pi. 2:18-23. « Si l’esprit de celui qui domine s’élève contre toi, ne quitte point ta place, [ou n’oppose pas un esprit de résistance]; car le calme prévient de grands péchés. » Eccl.10:4. Dieu est clair dans le fait que nous devons être respectueuses et soumises peu importe le traitement que nous recevons.

La Parole de Dieu blasphémée! Pourquoi est-ce si important que nous nous soumettions à nos maris? Parce que sinon nos actions blasphèment Dieu. « Dis que les femmes âgées…apprendre aux jeunes femmes à aimer leurs maris … soumises à leurs maris, afin que la parole de Dieu ne soit pas blasphémée. » Tite 2:5.

Comme il convient dans le Seigneur. Comment devons-nous nous comporter avec nos maris? Comme cela convient au Seigneur! « Femmes, soyez soumises à vos maris, comme il convient dans le Seigneur. » Col.3:18. La manière dont vous vous comportez avec mari convient-elle au Seigneur? En d’autres termes, vous comporteriez vous de la même manière avec le Seigneur s’il était à la place de votre mari? Cela donne à réfléchir n’est-ce pas?

La femme a été trompée. La raison la plus importante que nous avons de nous placer sous l’autorité de nos maris est notre protection. « Que la femme écoute l’instruction en silence, avec une entière soumission. Je ne permets pas à la femme d’enseigner, ni de prendre de l’autorité sur l’homme; mais elle doit demeurer dans le silence. Car Adam a été formé le premier, Eve ensuite; et ce n’est pas Adam qui a été séduit, c’est la femme qui, séduite, s’est rendue coupable de transgression. Elle sera néanmoins sauvée en devenant mère, si elle persévère dans la foi, dans la charité, et dans la sainteté. » 1Tim. 2:11-15.

A cause de l’époque dans laquelle nous vivons, plusieurs d’entre nous ont du mal à accepter le concept de la soumission. Mais, chère sœur en Christ, il n’y a rien que le Seigneur ne demanderait de faire qui ne soit pas pour notre bien. Etre soumises nous protègera de la tromperie qui causera notre destruction.

Maintenant que nous avons examiné les Ecritures, répondons à quelques questions que vous pouvez avoir en utilisant la sagesse de Dieu….

Témoignage

C’est avec la permission de mon époux, Dan, que je partage ce témoignage de soumission avec vous. Notre espoir est qu’il apaisera une fois pour toutes votre crainte de vous soumettre à votre mari. Nous espérons que notre témoignage vous montrera qu’il y a une protection quand vous choisissez quoi qu’il arrive de vous soumettre à votre mari, même quand il est désobéissant à la Parole. Mesdames, la soumission est faisable de nos jours.

A cette époque mon mari était retombé dans le péché et adultère. Il haïssait et se moquait de ma soumission au Seigneur et à lui. Une nuit, alors que nous étions en voyage avec certains de ses partenaires d’affaire, il m’a annoncé que nous irions dans une boite de nuit où des gens dansaient nus. Ensuite, il se plaça en face de moi et me demanda: « eh bien, est ce que tu vas te soumettre?» Il était déterminé à m’y emmener, j’ai donc accepté. Quand il est sorti acheter les tickets, je suis allée dans la chambre et j’ai prié intensément comme je n’avais jamais prié auparavant. Immédiatement Dieu s’est manifesté! Nous sommes tombés sur l’un de ses amis qui nous a demandé ou nous allions. Quand mon mari lui a dit, cet homme devint fou de colère, et dit à Dan à quel point c’était horrible et de ne pas m’y emmener. J’aurais pu m’envoler dans les airs; ma foi en Dieu montait en flèche!

Déterminé, il acheta des tickets pour un autre spectacle (un peu moins dégoutant). Mais ma foi était très grande, je savais que Dieu me délivrerait! Alors que nous étions en voiture et que nous nous approchions de plus en plus de notre destination, je n’arrêtais pas de m’imaginer comment Dieu allait stopper mon mari. Cependant, j’étais choquée quand nous sommes entrés, que nous nous sommes assis et qu’il a commandé les boissons. Juste pour vous laisser imaginer l’amplitude de cette soumission, la maitresse de mon mari s’est assise à la table avec nous quand nous sommes arrivés! Des larmes remplirent mes yeux quand le spectacle a commencé, pas parce que mon mari m’y avait emmené, mais parce que je sentais que Dieu m’avait abandonnée.

Mais mesdames, Dieu est tellement fidèle et nous pouvons lui faire confiance. Quand les lumières se sont éteintes après la première performance (que de toute façon je ne pouvais PAS voir à cause de mes larmes), mon mari s’est tourné vers moi et m’a dit « Cours! Sors d’ici!». Une fois de plus, en me soumettant, j’ai couru! Quelques minutes après, mon mari m’a rejoint dehors avec des larmes dans ses yeux. Il me dit: « Je n’arrive pas à croire que je t’ai fait ça. Je suis désolé. Je ne te demanderai plus jamais de te soumettre ainsi. J’ai honte de moi. »

Et il ne l’a plus jamais fait. En fait, même avant que nous soyons restaurés, il a pris sur lui de me protéger de l’immoralité du monde. Dieu a une bénédiction pour nous quand nous lui faisons confiance et que nous lui prouvons notre foi à lui seul! D’habitude Dieu délivre, mais parfois nous devons passer à travers « la fournaise ardente » pour recevoir notre récompense! Dieu est fidèle; nous pouvons lui faire confiance même quand nos maris font passer notre soumission par un test!

Des questions résolues par les Ecritures

C’est quoi la soumission ou être soumis? C’est obéir sans un mot spécialement quand votre mari est désobéissant à la Parole de Dieu (1Pi. 3:1). C’est ne pas l’insulter en retour ou le menacer. 1 Pi. 3:9 dit « Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injure; bénissez, au contraire …»

La soumission est-elle applicable de nos jours? « Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement. » Heb.13:8. Dans Matt. 5:18 Jésus dit, « Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaitra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé.»

Mais ne devrais-je pas utiliser l’ « amour dur »?

L’amour tel que nous le lisons dans 1 Corinthiens13 est doux, gentil et pas dur.

Dans 1Tim. 2:11 il est dit qu’une femme ne doit pas exercer d’autorité sur un homme.

Dans 1 Pi. 2:23 Jésus n’a proféré aucune menaces quand il souffrait, et il dit que nous devons suivre ses pas!

Dans 2Tim. 4:4, il est dit que dans les derniers jours, nous nous tournerons vers les fables. Utiliser « l’amour dur » avec nos maris est une fable, puisque le mot « dur » n’apparait pas dans la description de l’amour dans 1 Cor. 13. Il peut être dur pour nous quand nous répondons aimablement à nos maris même quand ils ne sont pas aimables.

Dans 2 Tim.4:3 il est aussi dit que nous nous donnerons une foule de docteurs selon nos propres désirs. Ça fait du bien à notre chair de donner des ultimatums et d’affronter les autres. Mais l’esprit et la chair sont opposes l’un envers l’autre. «… et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair. » Gal.5:16. (Pour plus d’informations sur l’amour dur, relisez le chapitre 3 « Doux et paisible »)

Comment puis-je faire ce que Dieu demande?

Comment est-ce possible de faire tout ce que Dieu me demande en tant qu’épouse dans le monde actuel? Par la Grâce! Et comment obtenez-vous la grâce? En vous humiliant. Dans Jacques 4:6 il est dit: « Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles. » Et dans 2Cor. 12:9 il est dit: « Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. » Et oui, contrairement aux opinions stupides du monde, les femmes sont plus faibles que les hommes. « Maris, montrez à votre tour de la sagesse dans vos rapports avec vos femmes, comme avec un sexe plus faible; …» 1 Pi.3:7.

Remercions Dieu pour la protection qu’Il nous accorde quand nous Lui obéissons et quand nous sommes soumises à nos maris! Au lieu de nous battre pour nous soustraire à l’autorité protective de nos maris, rendons grâce au Seigneur d’avoir voulu que nous soyons des femmes.

La soumission. Pour nous aider à faire disparaitre notre crainte de la soumission, il serait bénéfique d’observer encore plus attentivement l’exemple de Sara. J’ai été accusée d’enseigner « la soumission jusqu’au péché ». Bien que cette expression donne l’impression d’être tirée des Ecritures, elle a été totalement inventée. Mais le sens profond de ces mots se trouve à coup sûr dans la vie de Sara. Je peux vous dire en toute honnêteté que cela a été un voyage prudent dont le but principal était la recherche de la vérité. Dieu dit: « Cherchez, et vous trouverez » (Matt.7:7) et « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande a Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche. » (Jacques 1:5)

Plusieurs chrétiens et leaders religieux ne sont pas d’accord avec mes enseignements sur la soumission, mais je me suis rendue compte qu’en fait cela m’a encouragé à chercher et trouver la vérité. Plus je creusais dans la Parole et j’appliquais ce que j’avais appris avec une obéissance radicale, plus j’étais capable d’enseigner la soumission avec une ferme conviction. Mesdames, j’ai découvert que le manque de soumission est à la racine même de l’existence de la femme querelleuse. Il ne s’agit pas de quand ou de ce à quoi vous vous soumettez; il s’agit de « l’esprit de rébellion » qui s’installera si vous ne faites pas confiance à Dieu au sujet des fruits de votre soumission.

Les vraies bénédictions proviennent de notre confiance en Dieu, et non de notre confiance dans la capacité à diriger de nos maris, car, « le cœur de l’homme médite sa voie, mais c’est l’Eternel qui dirige ses pas. » Prov.16:9. Vous et moi devons « faire confiance à Dieu » et non nous confier « dans l’homme, prendre la chair pour appui. » (Jer.17:5). Nous devons avoir le désir de chercher la Vérité dans la Parole de Dieu. J’ai personnellement expérimenté ce que j’écris, et mes témoignages sont des preuves de la véracité des Ecritures. J’ai aussi vu les nombreux « mauvais fruits » qu’ont produits ceux qui s’opposaient à cette vérité de la soumission totale. « Vous les reconnaitrez à leurs fruits …» Matt.7:16. La soumission sélective n’est pas du tout de la soumission; c’est de la rébellion! Et la rébellion c’est de la sorcellerie! « Car la désobéissance est aussi coupable que la divination, et la résistance ne l’est pas moins que l’idolâtrie et les théraphim. » 1Sam.15:23.

Toute femme qui se protège en affichant un esprit de désobéissance, ne bénéficiera jamais de la protection complète de Dieu et ne recevra pas les véritables bénédictions que Dieu lui réserve! Et malheureusement une femme rebelle ne verra jamais son mari se soumettre à Son autorité, Jésus-Christ.

Sara s’est-elle soumise jusqu’au péché?

L’obéissance de Sara était-elle de la soumission jusqu’au péché? Non, Sara n’a pas péché. C’est Abraham qui était l’autorité de Sara et qui a péché. Quand il lui a demandé de dire une demi-vérité (bien sûr, une vérité à moitié dite est un mensonge et par conséquent un péché). Sara a obéi et en récompense de son obéissance à son mari, Dieu l’a protégée.  

Comme je l’ai dit, il est important pour nous femmes de comprendre le commandement qui nous a été donné en tant qu’épouses. « Comme Sara, qui obéissait à Abraham et l’appelait son seigneur. C’est d’elle que vous êtes devenues les filles, en faisant ce qui est bien, sans vous laisser troubler par aucune crainte. » 1Pi. 3:6.

Nous devons rechercher la Vérité dans la Parole de Dieu afin que nous, en tant que femmes soyons capables de parvenir à la connaissance de la vérité. «… Il en est parmi eux qui s’introduisent dans les maisons, et qui captivent des femmes d’un esprit faible et borné, chargées de péchés, agitées par des passions de toute espèce, apprenant toujours et ne pouvant jamais arriver à la connaissance de la vérité. » 2Tim.3:6-7.   

Nous ne devons pas contester les Ecritures. Nous devons être « toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous. » (1Pi. 3:15) Aussi, nous devons nous souvenir de garder « une bonne conscience, afin que, là même où ils vous calomnient comme si vous étiez des malfaiteurs, ceux qui décrivent votre conduite en Christ soient couverts de confusion. Car il vaut mieux souffrir, si telle est la volonté de Dieu, en faisant le bien qu’en faisant le mal. » 1Pi. 3:16-17.

Les disputes de mots. Si les autres vous enseignent ou vous disent des choses contraires aux Ecritures, souvenez-vous « si quelqu’un enseigne de fausses doctrines, et ne s’attache pas aux saines paroles de notre Seigneur Jésus-Christ et à la doctrine qui est selon la piété, il est enflé d’orgueil, il ne sait rien, et il a la maladie des questions oiseuses et des disputes de mots. » 1Tim. 6:3-6.  

Nous devons toutes faire attention à obéir à la Parole de Dieu, et par notre exemple, enseigner aux autres ce qu’Il ordonne. « Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux.» Matt.5:19-20. Ceci inclut aussi bien vos filles, vos belles-filles, sœurs et mères que vos amies chrétiennes et non chrétiennes.  

Les Scribes et les Pharisiens. Jésus compare les Pharisiens à des hommes aveugles, hypocrites, à des enfants du démon qui essaient de le coincer ou de le piéger dans ce qu’Il dit. Il a aussi dit que les Pharisiens troublaient ceux qui voulaient croire à la Parole, qu’ils pervertissaient les Ecritures et qu’ils se justifiaient eux-mêmes devant les hommes, qu’ils étaient justes seulement en apparence et aveugles aux choses spirituelles. Les scribes étaient des experts dans les affaires concernant la loi. Il se réfère à eux comme ayant une justice extérieure, enseignant sans autorité, mais remettant en cause son autorité. Jésus les a exposés, condamnés et les a aussi traités d’hypocrites. (Les références ci-dessus proviennent de l’index biblique encyclopédique NAS) Que nos vies ne soient pas semblables à celles des Scribes et des Pharisiens. Que nos cœurs soient ouverts au cours de notre quête de la Vérité.

Leurs propres désirs. Vous pouvez facilement trouver quelqu’un qui vous dira ce que vous avez envie d’entendre. « Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. » 2Tim. 4:3-4. Vivons-nous l’époque où les femmes ne supporteront pas la saine doctrine? Vous tournerez-vous vers les fables?

Si vous voulez connaitre la Vérité, marchez avec moi dans cette nouvelle étude de la Parole qui porte sur l’obéissance de Sara.

L’obéissance de Sara

La réponse à la question « jusqu’à quel point une femme devrait se soumettre à son mari? » se trouve dans la vie de la femme, de l’unique femme que la Parole de Dieu nous présente comme notre modèle de soumission, Sara. (1Pi. 3:6) Regardons de plus près toutes les références sur Sara et sa relation avec son mari Abraham.

La Bible mentionne Sara 59 fois! Et dans toutes ces références Abraham lui demande trois fois seulement de faire quelque chose. Souvenez-vous, elle doit être notre exemple d’obéissance envers nos maris.

Dans Genèse 12:11, Abram dit à Saraï à quel point elle est belle et quand ils arrivent en Egypte, il lui demande de dire aux Egyptiens qu’elle est sa sœur afin qu’il ait la vie sauve. C’était une demi-vérité puisque Saraï était sa « demie sœur ». Il est dit qu’ensuite Abram fut « bien traite » à cause de Saraï. A-t-elle péché en mentant ou est-elle innocente parce que l’autorité au-dessus d’elle lui a demandé de mentir?

Ensuite dans Genèse 12:17, «… l’Eternel frappa de grandes plaies Pharaon et sa maison ». Ensuite il est dit « au sujet de Saraï », Pharaon demanda à Abram (pas à Saraï) pourquoi il lui avait fait cela. Abram est entièrement tenu pour responsable. Pharaon renvoya ensuite Abram et sa femme Saraï avec tout ce qui lui appartenait. Puis dans Genèse 17:15-21, la Parole nous dit que Saraï « deviendra des nations » et que « des rois de peuple sortiront d’elle ». Donc une fois de plus, Abram est tenu pour responsable de ce qu’il demande à sa femme de faire et Saraï est bénie pour son obéissance.

Maintenant dans Genèse 18:6-15, nous voyons Abraham demander à Sara (Dieu leur avait désormais donné de nouveaux noms) d’aller et de faire des gâteaux pour les visiteurs. Nous voyons que Sara a encore obéi à son mari et a fait les gâteaux.

Croyez-le ou non, dans Genèse 20:2-18 « Abraham disait de Sara, sa femme: c’est ma sœur. Abimélec, roi de Guérar, fit enlever Sara. » Cette fois-ci il n’est pas demander à Sara de mentir; le Seigneur lui a épargné cela. Cependant, elle est tout de même prise pour être l’épouse d’un autre homme ! Mais dans le verset 5, nous voyons le roi implorer Dieu de lui laisser la vie. Dans le verset 6, vous voyez la protection de Dieu envers Sara quand Il dit au roi, « je n’ai pas permis que tu la touchasses». La Parole de Dieu nous dit que « Sara obéissait à Abraham et l’appelait son seigneur » et que nous ne devons pas nous laisser « troubler par aucune crainte » peu importe ce que nos maris nous demandent de faire. Dieu a protégé Sara et Il vous protègera également.

Pour prouver encore que nous ne sommes pas responsables quand nous obéissons à nos maris, nous voyons dans le verset 9 que quand le roi blâme quelqu’un, il blâme Abraham. « Abimélec appela aussi Abraham et lui dit: Qu’est-ce que tu nous as fait? … Tu as commis à mon égard des actes qui ne doivent pas se commettre. » Dans le verset 12, Abraham explique sa demi-vérité (qui reste un mensonge). Ensuite dans le verset 13, il décharge Sara de toute faute. Il confesse au roi que c’était son idée de le tromper. « Voici la grâce que tu me feras: dans tous les lieux où nous irons, dis de moi: c’est mon frère. » Maintenant regardez: une fois de plus dans le verset 16, Dieu bénit Sara. Le roi dit a Sara qu’il donne 1000 pièces d’argent à son frère pour montrer qu’elle est justifiée. Sara fut une fois de plus exaltée dans son innocence puisqu’il est dit dans le verset 18, « Car l’Eternel avait frappé de stérilité toute la maison d’Abimélec, à cause de Sara, femme d’Abraham. » Quand nous obéissons comme Sara l’a fait, nous sommes aussi protégées, innocentées de toutes choses qui nous a été demandé de faire et bénies.

Le verset suivant, Gen.21:1 dit: « L’Eternel se souvint de ce qu’il avait dit à Sara, et l’Eternel accomplit pour Sara ce qu’il avait promis ». Dieu a testé l’obéissance de Sara pour savoir si elle était la mère de la Promesse et de plusieurs nations. Nous pouvons être certaines que Dieu testera nos cœurs également.

Mais les bénédictions de Sara ne sont pas épuisées car nous voyons dans Gen.21:12, « Mais Dieu dit à Abraham … accorde à Sara tout ce qu’elle te demandera …». Dieu demande à Abraham de faire tout ce que Sara lui dit au sujet d’Agar, puisque Sara est tourmentée par l’attitude d’Agar. Même si Sara est allée au-devant de Dieu en envoyant Agar vers Abraham afin de hâter la promesse de Dieu envers elle, Dieu a réparé son erreur! Nous en avons la preuve dans Gen.21:4 quand Abraham fait partir Agar et Ismaël.

Obéir

Dans les Ecritures, il y a 8 mots différents pour obéir. Trois sont hébreux et proviennent de l’Ancien Testament, et cinq sont grecs et se trouvent dans le nouveau testament. Seul le mot Hupaku (5219 dans la Concordance Strong), prononcé hoop a ku o, est utilisé pour les femmes en ce qui concerne l’obéissance à leurs maris. La définition de ce mot obéir est: entendre, être inferieur comme un subordonné, écouter attentivement; par implication tenir compte ou se conformer au commandement d’une autorité; écouter, être obéissant, obéir. Ce mot pour obéir est retrouvé dans 1Pi. 3:6 quand il est demandé aux femmes d’obéir, comme Sara l’a fait. Il se retrouve aussi dans:

Rom.6:17 quand il est dit que nous devons être des serviteurs et obéir du cœur (voir aussi Gen.21:1)

1Pi.1:22 une fois de plus, dit que nous devons obéir de tout notre cœur.

Et Heb.11:8 quand Abraham dut obéir et partir pour Canaan (voir Gen.12:5).

Ceux qui ont contesté ma position ferme sur ma soumission à mon mari ont utilisé d’autres références dans les Ecritures pour prouver que nous ne devons pas obéir comme Sara l’a fait. Cependant, ils utilisent un mot différent tel que PEITHO (3982) pie tho qui signifie convaincre par l’argument, pacifier, persuader. Mais ce mot n’est pas utilisé dans les relations entre une épouse et son mari.

Il y a aussi le mot PEITHARCHEO (3980) pie thar ke o qui signifie persuader par un dirigeant (magistrat). Il se retrouve dans Actes 5:29, quand Pierre et les apôtres répondent et disent: « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. » Mais une fois de plus, ce mot pour designer l’obéissance n’est pas employé dans les relations entre l’époux et sa femme.

Un quatrième mot pour obéir est SHAMA (8085) qui signifie entendre, considérer, discerner. Ce mot pour obéir est utilisé en référence à Daniel quand il a fait la requête de ne pas manger la nourriture de la table du roi comme il lui était demandé. Plusieurs ont encouragé les femmes à utiliser cet obéir, afin de faire appel auprès de leurs maris; cependant, la Parole de Dieu n’utilise aucun de ces mots pour obéir en rapport avec la relation entre un époux et une épouse.

Révisons

Nous avons parcouru les Ecritures ensemble pour découvrir la Vérité sur la soumission à nos maris. Révisons donc ce que nous avons trouvé:

  1. La seule et unique femmedans les Ecritures qui est présentée comme modèle d’obéissance aux femmes est Sara.
  2. Dieu a protégé Sara parce qu’elle s’est soumise « comme au Seigneur » en obéissant à son mari et enLui faisant confiance pour sa protection (Eph.5:22).
  3. Il y a seulement trois passages dans les Ecritures qui font référence à Abraham demandant à Sara de faire quelque chose: faire des gâteaux, dire la vérité à moitié en racontant qu’elle était sa sœur, et d’être une deuxième fois la femme d’un Abraham was the one held accountable for all Sarah did when she was obeying him.
  4. Abraham est celui qui a été tenu pour responsable de tous les actes posés par Sara quand elle lui obéissait.
  5. Voici les cinq références montrant qu’Abraham (et Sara) ont été bénis et protégés grâce à Sara:
    1. Dans Gen.12:16, « Il traita bien Abram à cause d’elle.»
    2. Dans Gen.20:7, « C’est pourquoi je [Dieu] n’ai pas permisque tu la touchasses. »
    3. Dans Gen.20:14-15, la femme d’Abraham lui a été rendue avec en cadeaux des brebis, des bœufs, des serviteurs et des servantes. Il lui a également été permis de s’installer dans le pays du roi à l’endroit qui lui plaisait, et lui remit 1000 pièces d’argent pour « innocenter Sara »!
    4. Dans Gen.20:18, toute la maison d’Abimélec avait été frappée de stérilité « à cause de Sara.»
    5. Dans Gen.21:12, Agar a été chassée avec son fils Ismaël, parce que Dieu a dit à Abraham d’écouter Sara et de lui accorder tout ce qu’elle demandera au sujet d’Agar.
  6. Abraham aurait dû protéger Sara; néanmoins Dieu a protégé Sara parce qu’elle lui avait obéi en se soumettant à son mari Abraham.

Par conséquent, nous n’avons pas besoin de craindre d’être soumises parce que nous avons la protection de Dieu. « Vous qui craignez l’Eternel, confiez-vous en l’Eternel! Il est leur secours et leur bouclier. » Ps.115:11.

Tout ce qui fait à présent obstruction à la soumission est un esprit rebelle. « Car la désobéissance est aussi coupable que la divination et la résistance ne l’est pas moins que l’idolâtrie et les théraphim. Puisque tu as rejeté la parole de l’ETERNEL, il te rejette aussi comme roi …» 1Sam. 15:23. Dès que nous commencerons à nous soumettre de tout notre cœur et rejeter la rébellion de nos comportements et attitudes, les épreuves viendront « nous tester ». Cependant, Dieu ne demande qu’à nous aider: « Quand les justes crient, l’Eternel les entend, et il les délivre de toutes leurs détresses. » Ps.34:17. (Voir leçon 10, « Diverses épreuves », car mon peuple est détruit par manque de connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance …» Osée 4:6.)

Eve et la chute

Nous avons étudié la vie de Sara pour voir la véritable soumission en pratique. Nous avons vu à la fois les bénédictions et la protection dans sa vie. Et nous savons que Sara est exaltée dans la première épître de Pierre grâce à sa soumission radicale à son mari Abraham. Mais pour que nous comprenions mieux, il serait bénéfique d’étudier la vie d’Eve, ceci pour acquérir plus de sagesse.

Quels principes de la soumission violés par Eve ont conduit à « La Chute »?

Douter de Dieu et remettre en question Sa Parole. « Il dit à la femme: Dieu a-t-il réellement dit: Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin? » Gen.3:1. Si seulement elle avait su que « Toute parole de Dieu est éprouvée. Il est un bouclier pour ceux qui cherchent en lui un refuge. » Prov.30:5. Si Eve connaissait et avait appliqué ce verset, cela nous aurait épargné bien des douleurs!

Ajouter à Sa Parole. « La femme répondit au serpent: Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez. » Elle a ajouté qu’elle ne devait même pas « y toucher ». Quand nous ajoutons des choses à la Parole de Dieu, nous violons les Ecritures et nous nous disposons au péché. « N’ajoute rien à ses paroles, de peur qu’il ne te reprenne et que tu ne sois trouvé menteur. » Prov.30:6.

Ecouter la voix de Satan. « Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez point; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. » Nous ne devons jamais oublier que Satan est un menteur. « Quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge. » Jean 8:44.

Regarder vers le mal. « La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence; elle prit de son fruit, et en mangea …» Gen.3:6 Qu’aurait-elle dû faire? « Qu’il s’éloigne du mal et fasse le bien. » 1Pi.3:11. Apprenons de son erreur et agissons plutôt comme Job l’a fait … « J’avais fait un pacte avec mes yeux …» Job 31:1. Jésus nous a dit à quel point nos yeux sont importants pour le futur: « Et si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi; mieux vaut pour toi entrer dans la vie, n’ayant qu’un œil, que d’avoir deux yeux et d’être jeter dans le feu de la géhenne. » Matt.18:9.

Pousser quelqu’un d’autre à la chute. « Elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea. Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, et ils connurent qu’ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des ceintures. » Gen.3:6-7. «Ne nous jugeons donc plus les uns les autres; mais pensez plutôt à ne rien faire qui soit pour votre frère une pierre d’achoppement ou une occasion de chute. » Rom.14:13. « Il est bon de … s’abstenir de ce qui peut être pour ton frère une occasion de chute, de scandale ou de faiblesse. » Rom.14:21.

Amorcé par sa propre convoitise. Etait-ce la faute d’Eve quand Adam a péché? « Il est impossible qu’il n’arrive pas de scandales; mais malheur à celui par qui ils arrivent! Il vaudrait mieux pour lui qu’on mît à son cou une pierre de moulin et qu’on le jetât dans la mer:…» Luc 17:1-2. Cependant, «… Chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. » Jacques 1:14. Il y a un équilibre parfait ici. Si nous sommes la cause de la chute et du péché de notre mari, nous sommes responsables. De l’autre côté, nos maris sont responsables devant le Seigneur de leurs péchés. Et, puisque nous sommes en plein dans le sujet, souvenez-vous que si votre mari fonce vers le péché, vous devez vous écartez de sa voie! (Ps.1:1) Plus encore, il nous est demandé de ne même pas lui en parler! (1Pi.3:1).

Les conséquences

La première conséquence fut la tromperie. « La femme répondit: Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé. » Gen.3:13 « Et ce n’est pas Adam qui a été séduit, c’est la femme qui, séduite, s’est rendue coupable de transgression. » 1Tim.2:14.

La malédiction. Il dit à la femme: « J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi. » Gen.3:12-16. La signification du mot mais dans cette phrase est très importante. Il signifie ici: néanmoins, cependant. Votre malédiction n’est pas la domination de votre mari sur vous. Laissez-moi paraphraser ce verset. Ce qui est dit, c’est que: « Puisque tu as péché, je rendrai plus intenses les douleurs de tes accouchements, tu mettras tes enfants au monde dans la douleur, cependant, néanmoins, mais je te protégerai en mettant ton mari au-dessus de toi pour que tu ne sois plus trompée à nouveau. » Dieu pouvait voir que la femme aurait besoin d’une protection spéciale contre la tromperie. Nous, femmes, avons tendance à prendre des décisions basées sur ce que nous ressentons parce que nous semblons fonctionner avec le cœur.

Votre protection. Dès lors, nous sommes protégées quand nous nous mettons sous l’autorité de nos maris. « Que la femme écoute l’instruction en silence, avec une entière soumission. Je ne permets pas à la femme d’enseigner, ni de prendre de l’autorité sur l’homme; mais elle doit demeurer dans le silence. Car Adam a été formé le premier, Eve ensuite; et ce n’est pas Adam qui a été séduit, c’est la femme qui, séduite, s’est rendue coupable de transgression. » 1Tim.2:11-14.

Un en Jésus-Christ. Maintenant que nous savons que nous devons nous soumette à un homme, cet homme ne doit pas être n’importe lequel, ni tout homme. Nous devons nous soumettre à nos maris. Nous devons également être soumises aux hommes (et aux femmes) qui sont au-dessus de tous les hommes et femmes, tels que les patrons, la police, etc. Plusieurs chrétiens ont chuté sur ce point des femmes enseignant aux hommes. Quand une femme est appelée à enseigner, son mari ne doit pas être son élève. Jésus est venu pour que nous vivions sous la grâce; ne soyons pas légalistes. « Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. » Gal.3:28.

Juste une remarque. Le terme « aide semblable » est employé dans les versions Louis Segond et Nouvelle Edition de Genève. Les versions Segond 21 et La Bible du Semeur emploie le terme « aide qui soit son vis-à-vis ». (Gen. 2:18)

Notre seconde protection. Nos maris sont notre protection principale; cependant la Bible dit aux femmes que nous avons une protection supplémentaire: « Elle sera néanmoins sauvée en devenant mère, si elle persévère avec modestie dans la foi, dans la charité, et dans la sainteté. » 1Tim.2:11-15. Le mot sauvée est traduit de sozo, qui signifie sauver, protéger, guérir ou garder sauf. Une fois de plus, puisque nous avons vu à quel point il nous est nécessaire d’obéir à nos maris sans aucune crainte (1Pi.3:6), nous sommes également appelées à porter des enfants par la foi. La foi, comme nous le savons, est l’opposé de la crainte. (Voir leçon 12 « Le fruit des entrailles »)

Une autre conséquence frappante du fait qu’Eve ait mangé le fruit est que Dieu lui a dit que ses « désirs » se porteront vers son mari. Ce mot désir est traduit par tshuwqah (8669), qui est défini comme: tendre vers, une envie, un désir. Mais il est dérivé du mot shuwq (7783), qui signifie « courir après ». Nous savons qu’il y a plus de femmes que d’hommes qui se battent pour leurs mariages en ruines et pour leurs époux infidèles. N’est-ce pas intéressant qu’à une époque il y avait une chanson très populaire en anglais (avant que les féministes ne la changent de la manière que nous pensons) intitulée « Stand by your man »? [En français: soutiens ton homme]

Adam a blâmé son épouse. Si vous vous demandez pourquoi votre mari s’en prend à vous, sachez qu’il en a été ainsi depuis le début de l’humanité. « La femme que tu as mise auprès de moi m’a donné de l’arbre, et j’en ai mangé. » Gen.3:12. Nos maris ont été instruits de «… aimez vos femmes, et ne vous aigrissez pas contre elles. » Col.3:19. Et aussi, « veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu; à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et plusieurs n’en soient infectés. » Heb.12:15. Mais à cause de la tendance des époux à blâmer leurs femmes, Dieu nous a accordé une protection en nous donnant un principe à suivre: « Femmes, soyez de même soumises à vos maris, afin que, si quelques-uns n’obéissent point a la parole, ils soient gagnés sans parole par la conduite de leurs femmes, en voyant votre manière de vivre chaste et réservée … mais la parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu. »1Pi.3:1-2,4.

Son erreur. Il dit à l’homme: « Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre : Tu n’en mangeras point!...» Gen.3:17. Pourquoi était-ce un péché pour un Adam, et juste une tromperie pour Eve? La dernière fois que le commandement de ne pas manger le fruit de l’arbre a été mentionné se trouve à 4 vers avant la création de Eve! Cependant, elle ne s’est pas soumise à l’autorité de son mari quand elle a mangé le fruit défendu. Néanmoins elle n’a pas désobéi directement au commandement de Dieu, parce qu’il avait été donné à Adam avant qu’elle soit créée. Voilà pourquoi le péché vient d’Adam et pas d’Eve. Eve n’a pas péché consciemment; elle a été trompée! Adam savait ce qu’il faisait quand il a pris le fruit qu’elle lui a remis et l’a mangé. Son erreur a été d’écouter sa femme. Nous voyons que le péché a été attribué à Abraham quand Sara lui a demandé d’aller vers Agar afin de hâter la promesse de Dieu d’avoir un fils. « Abram écouta la voix de Saraï » Gen.16:2. Demandez-vous si vous avez été la « voix » de la tentation poussant votre mari à faire le mal. Je sais que j’étais coupable de cette chose. Ceci est une excellente manière de faire tomber votre maison mesdames!

Sa malédiction. « Le sol sera maudit à cause de toi. C’est avec peine que tu en retireras ta nourriture tous les jours de ta vie, il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l’herbe des champs. C’est à la sueur du visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière. » Gen.3:17-19. Vous « peinez-vous avec la terre », en prenant sa punition de travailler comme si c’était la vôtre? La malédiction de travailler dur était pour votre mari. (Voir la leçon 13 « Le fonctionnement de son foyer » pour être soulagée de la sueur que vous n’êtes pas censée supporter.)

A présent, étudions d’autres femmes dans la Bible afin de nous faire une idée de leur rôle d’épouses. Nous observerons à la fois de bons et de mauvais exemples.

Abigaïl

Que savons-nous d’Abigaïl? «…, et sa femme s’appelait Abigaïl; c’était une femme de bon sens et belle de figure, …» 1Sam.25:3.

Elle a manqué de sens. Nous allons voir en étudiant les Ecritures qu’Abigaïl avait manqué de réflexion. « Un anneau d’or au nez d’un pourceau, c’est une belle femme dépourvue de sens. » Prov.11:22 « La grâce est trompeuse et la beauté est vaine; La femme qui craint l’Eternel est celle qui sera louée. » Prov.31:30.

L’histoire d’Abigaïl. Elle commence dans 1Samuel 25 quand nous apprenons la situation. Une bande d’hommes avait fidèlement protégé les grands troupeaux de brebis et de chèvres de son mari; aucun animal n’avait été perdu. Quand les hommes ont appris que son mari était en train de tondre les brebis, David envoya un groupe de dix pour demander qu’il leur donne comme le voulait la coutume, une récompense pour le travail qu’ils avaient effectué. Mais Nabal (le mari d’Abigaïl) se moqua d’eux et de leur chef et déclara qu’il n’était pas obligé de les récompenser d’aucune manière.  Ceci mit en colère David qui décida de tuer Nabal et tous les hommes de sa maison. Quand Abigaïl appris les plans de David, elle prit cinq brebis ainsi qu’une grande quantité de nourriture et se dépêcha d’aller à la rencontre de David. Plusieurs prédicateurs ont utilisé Abigaïl comme un exemple à suivre pour nous; cependant, elle a violé les Ecritures.

Quels principes Abigaïl a-t-elle violé? Le fait qu’Abigaïl ait violé plusieurs principes a causé en fin de compte la mort de son mari. Cela a aussi conduit à ce qu’elle devienne « juste l’une » des nombreuses épouses de David.

Le mari est le chef de la femme. L’une des premiers faits que nous constatons est, « Elle ne dit rien à Nabal, son mari. » 1Sam.25:19. Abigaïl n’a pas donné à son mari la position qui lui revenait dans le mariage et a pris les choses en main. Elle a violé le principe  « car le mari est le chef de la femme, … qui est son corps, et dont il est le sauveur. » Eph.5:23. Elle aurait dû laisser son mari être « le sauveur » dans cette situation, « car … la résistance ne l’est pas moins que l’idolâtrie et les théraphim. » 1Sam.15 :23 La résistance est définie comme le fait de ne pas se soumettre aux autorités, la rébellion, une opposition manifeste contre l’autorité, et un mépris obstiné de la hiérarchie.

Soyez soumis à ceux qui sont d’un caractère difficile. Elle a justifié son interférence au vu des actions de son mari: «… mais l’homme [Nabal] était dur et méchant dans ses actions …» 1Sam.25:3 Nous ne pouvons pas excuser notre rébellion à cause des actions de nos autorités; la Parole est claire «… soyez soumis en toute crainte à vos maitres, non seulement à ceux qui sont bons et doux, mais aussi à ceux qui sont d’un caractère difficile. » 1Pi.2:18 « Celui qui veille sur sa bouche garde son âme; celui qui ouvre de grandes lèvres court à sa perte. » Prov.13:3.

Elle a attiré la condamnation sur elle-même. « Car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. C’est pourquoi celui qui s’oppose à l’autorité résiste à l’ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes. » Rom.13:1-2 Quand elle a appris qu’il y avait un danger en vue, elle aurait dû faire part de ses préoccupations à son mari avec douceur et respect. C’est ça ce que signifie laisser une affaire entre les mains de Dieu. « Les lèvres des sages répandent la science. » Prov.15:7. « Le juste montre à son ami la bonne voie, mais la voie des méchants les égare. » Prov.12:26. Si Nabal avait persisté dans son obstination, elle aurait dû crier au Seigneur pour obtenir Sa grâce et non la demander à David.

Elle s’est irritée pour une querelle qui ne la concernait pas. En prenant les choses en main, elle limitait les possibilités de Dieu de s’occuper de son mari et de cette situation. « Comme celui qui saisit un chien par les oreilles, ainsi est un passant qui s’irrite pour une querelle où il n’a que faire. » Prov.26:17.

Elle a violé le principe de 1Pi.3. Je sais qu’Abigaïl est née avant que la première épître de Pierre soit écrite; cependant sa violation prouve que nous ne devons pas la considérer comme l’héroïne que d’autres prétendent qu’elle est. Abigaïl n’a pas honoré son mari, elle ne l’a pas « gagné sans un mot », et elle ne l’a pas appelé seigneur (comme Sara le faisait avec Abraham). Si Abigaïl avait honoré son mari, Dieu l’aurait protégée comme il l’a fait avec Sara. « Il [Pharaon] traita bien Abram à cause d’elle [Saraï] …» Gen.12:16. Et aussi, « L’Eternel se souvint de ce qu’il avait dit à Sara, et l’Eternel accomplit pour Sara ce qu’il avait promis. » Gen.20:18-21:1.

Elle était de la carie dans les os de son mari. Abigaïl n’a pas simplement défié l’autorité de son mari, mais elle l’a aussi humilié. « Que mon seigneur [David] ne prenne pas garde à ce méchant homme, à Nabal, car il est comme son nom; Nabal est son nom, et il y a chez lui de la folie …» 1Sam.25:25 « Une femme vertueuse est la couronne de son mari, mais celle qui fait honte est comme la carie dans ses os. » prov.12:4. Elle  a appelé David son « seigneur » et son mari « ce méchant homme ». La folie est définie comme un comportement dérivant de la stupidité.

Elle était orgueilleuse. Elle a fait savoir qu’elle aurait géré la situation différemment que son mari. Abigaïl était motivée par son orgueil: «… je n’ai pas vu les jeunes gens que mon seigneur a envoyés. » 1Sam.25:25 Sauf que ce n’était pas son rôle de le faire. Son devoir aurait dû être de lui faire « du bien, et non du mal, tous les jours de sa vie. » Prov.31:12 Et « le cœur de son mari a confiance en elle, et les produits ne lui font pas défaut. »Prov.31:11.

La honte a tué son mari. La violation d’Abigaïl des principes des Ecritures a causé à la fin la mort de son mari. «… sa femme lui [Nabal] raconta ce qui s’est passé. Le cœur de Nabal reçut un coup mortel, et devint comme une pierre. Environ dix jours après, l’Eternel frappa Nabal, et il mourut. » 1Sam.25:36-38. « L’inquiétude dans le cœur de l’homme l’abat, mais une bonne parole le réjouit. » Prov.12:18.

Son mari mourut le cœur brisé. La conséquence des actions d’Abigaïl est que son mari mourut  après avoir appris la trahison de sa femme. Elle pensait qu’elle était meilleure pour résoudre cette situation dangereuse.

Les conséquences. Elle « avait l’impression » d’avoir réussi dans ses démarches, mais à la fin elle a récolté ce qu’elle avait semé. « L’Eternel renverse la maison des orgueilleux. » Prov.15:25.

Abigaïl a perdu sa protection. Elle a perdu la protection que dieu a placé autour d’elle, par conséquent, « David nous envoie vers toi, afin de te prendre pour sa femme. » 1Sam.25:40. Ceci était tout sauf une bénédiction. Elle a vécu comme une exilée avec Daniel et sa première femme dans le pays des Philistins (1Sam. 27:3). Elle (et la première de David) ont été mises en captivité pendant une courte période (1Sam.30:5). Plus tard, elle devint seulement l’une des six femmes de David, et plus tard encore à Jérusalem elle était juste l’une de ses nombreuses épouses. (2Sam. 5:13)

Nous savons en lisant les Ecritures combien Léa était malheureuse dans son mariage parce qu’elle savait à quel point son mari Jacob aimait Rachel (Gen.29). L’une d’entre nous pourrait-elle imaginer être juste une parmi 6 épouses? Nous connaissons l’histoire entre David et Bath-Schéba. Et n’oublions pas qu’il avait d’autres épouses à cette époque. Je sais que quand mon mari était juste avec une autre femme, ça m’a presque tuée. Ma question à celles qui disent qu’Abigaïl était bénie d’être la femme de David est la suivante: « Voudriez-vous que votre mari couche cinq autres femmes, spécialement s’il est blond et beau? (1Sam.17:42 nous dit que David était blond et de belle figure.)

Sa honte a affecté son fils. Le fils unique d’Abigaïl n’est même pas mentionné plus tard dans les Ecritures, même s’il aurait dû devenir le prince héritier après le meurtre d’Amnon. Elle a certainement eu des regrets au sujet de sa vie, quand elle a changé le nom de son fils de Kileab qui signifie « restriction du père » en Daniel qui signifie « Dieu est mon [Abigaïl] juge » (1Chro.3:1) (les noms sont très significatifs dans la Bible. Voir les noms des enfants de Léa et Rachel dans Gen.29 et 30.)

Son manque de prudence. Si seulement Abigaïl s’était tue Dieu aurait agi en sa faveur. « L’insensé même, quand il se tait, passe pour un sage; celui qui ferme ses lèvres est un homme intelligent. » Prov.17:28. «… une femme intelligente est un don de l’ETERNEL. » Prov.19:14. Vous pouvez vous demander ce que Dieu aurait pu faire pour elle, ou peut être ce qu’il peut faire pour vous si vous êtes mariée à un idiot. « Le cœur du roi est un courant d’eau dans la main de l’ETERNEL; il l’incline partout où il veut. » Prov.21:1. Dieu est fidèle pour tourner le cœur de David et même de votre mari. Mais au lieu de cela, Abigaïl a agi dans la chair et son cœur s’est détourné de l’Eternel. « Ainsi parle l’ETERNEL: maudit soit l’homme qui se confie dans l’homme, qui prend la chair pour appui, et qui détourne son cœur de l’ETERNEL! » Jer.17:5. Qu’en est-il de vous, prendrez-vous les choses en main quand vous verrez le danger s’approcher de vous et de votre famille? Ou ferez-vous confiance à Dieu en permettant à votre mari de sauver la famille?

Saraï

La voix de Saraï. « Et Saraï dit à Abram: Voici, l’Eternel m’a rendue stérile; viens, je te prie, vers ma servante; peut-être aurai-je par elle des enfants. Abram écouta la voix de Saraï. » Gen.16:2. « Celui qui veille sur sa bouche et sur sa langue préserve son âme des angoisses. » Prov.21:23. L’erreur de Saraï a commencé une guerre dans le moyen orient entre les juifs et le peuple musulman qui perdure jusqu’aujourd’hui!

Aller au-devant de Dieu. « Alors Saraï, femme d’Abram, prit Agar l’Egyptienne, sa servante, et la donna pour femme a Abram, son mari … Il alla vers Agar, et elle devint enceinte. Quand elle se vit enceinte, elle regarda sa maitresse avec mépris. » Gen.16:3-4. Chaque fois que nous devançons Dieu et qu’un « Ismaël » est conçu, nous méprisons ce que nous avons créé dans notre précipitation.

Mal pour mal et injure pour injure. « Et Saraï dit à Abram: L’outrage qui m’est fait retombe sur toi. J’ai mis ma servante dans ton sein; et, quand elle a vu qu’elle était enceinte, elle m’a regardée avec mépris. Que l’Eternel soit juge entre moi et toi! Abram répondit à Saraï: voici, ta servante est en ton pouvoir; agis à son égard comme tu le trouveras bon. Alors Saraï la maltraita; et Agar s’enfuit loin d’elle. » Gen.16:5-6. A ce niveau, nous voyons Saraï commettre une nouvelle violation. 1Pi.3:9 dit: « Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injure; bénissez, au contraire, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin d’hériter de la bénédiction. » Quand elle s’est plainte à son mari de la situation désastreuse dans elle se trouvait, il l’a encouragé à agir encore dans la chair. Souvenez-vous « Celui qui parle beaucoup ne manque pas de pécher. » Prov.10:19. Une fois de plus, si vous avez un problème ne courez vers personne, courez vers Dieu!

Sara a fait beaucoup d’erreurs; mais on nous dit que Sara est le modèle d’une épouse soumise que nous devons suivre: « Ainsi se paraient autrefois les saintes femmes qui espéraient en Dieu, soumises à leurs maris. Comme Sara, qui obéissait à Abraham et l’appelait son seigneur. C’est d’elle que vous êtes devenues les filles, en faisant ce qui est bien, sans vous laisser troubler par aucune crainte …» 1Pi.3:5-6. Dieu est si bon. Sara a fait énormément d’erreurs mais Dieu a tourné la situation à son avantage quand elle a commencé à Lui plaire. Moi aussi, j’ai fait beaucoup d’erreurs. Je n’avais aucune idée de ce qu’une épouse devait faire, dire ou être. Mais quand j’ai commencé à suivre le Seigneur et Sa Parole, il a changé en bien toutes choses autour de moi et m’a élevée! Il le fera pour vous aussi. Plus vous appliquerez ses principes avec un cœur pur, plus il répandra ses bénédictions sur vous!

La femme de Job

L’aide semblable de Job? « Sa femme lui dit: Tu demeures ferme dans ton intégrité! Maudis Dieu, et meurs! Mais Job lui répondit: Tu parles comme une femme insensée. Quoi! Nous recevons de Dieu le bien, et nous ne recevrions pas aussi le mal!» Job 2:9-10. Pauvre Job, il avait tout perdu et il était recouvert d’un ulcère malin. Mais de voir son aide le pousser à pécher avec sa bouche, c’en était trop. Cela me rappelle quand j’ai accouché de mon premier fils à l’hôpital. J’étais déterminée à accoucher naturellement sans médicaments. Seulement, il y avait cette infirmière qui me demandait toutes les minutes si je voulais quelque chose contre la douleur. C’était comme si j’étais morte de soif dans le désert, et que quelqu’un n’arrêtait pas de me demander si je voulais un verre d’eau fraiche. J’avais envie de la frapper. Je ne l’ai pas fait cependant. Ça, au fait, c’était « l’ancienne Erin » que mon mari avait laissée ! Gloire au Seigneur! Il m’a changée!

Job savait que ce que sa femme disait était insensé. « La bouche du juste produit la sagesse, mais la langue perverse sera retranchée. » Prov.10:31 C’était malheureux pour Job que Dieu lui ait enlevé tout excepté sa femme. Dieu a manifestement de l’humour! « Celui qui réfléchit sur les choses trouve le bonheur.» Prov.16:20. Job faisait attention à ce qu’il disait et il a été béni. « Car par tes paroles tu seras justifié, et par tes paroles, tu seras condamné. » Matt.12:37. N’est-ce pas intéressant que la femme de Job n’ait jamais été présentée par un nom? Nous la connaissons cependant à travers son commentaire insensé. Ce n’est pas la manière dont j’ai envie qu’on se souvienne de moi, et vous? Au lieu de cela …

Obéissons comme Sara sans nous laisser troubler par aucune crainte

Engagement personnel: à me soumettre à mon mari comme au Seigneur. « Basé sur ce que j’ai appris de la Parole de Dieu, je m’engage à obéir à mon mari afin que la Parole de Dieu ne soit pas blasphémée. »

Si tu es prête à prendre cet engagement envers Dieu,et si tu es d´accord et prête à documenter cette étape de ton Parcours de Restauration, sous forme de questionnaire: „ce que j´ai appris“, clique ICI

Si tu souhaites être mise en contact avec une e-partenaire similaire pendant ta restauration, tu dois prendre soin verser ton coeur à chaque leçon.