Leçons de Vie: Semaine 6 “Accusateur”

Promesse d’aujourd’hui: «Vous observerez donc les paroles de cette alliance, et vous les mettrez en pratique, afin de réussir dans tout ce que vous ferez». Deutéronome 29:9

★★★★★

La semaine dernière, j'ai promis de partager un deuxième exemple de la douleur et de la souffrance inutiles provoquées quand nous n'allons pas simplement à notre Père céleste ou à notre mari céleste pour confesser nos péchés et être embrassés par son pardon et son amour. 

Cette fois, c'est une chère amie que j'ai rencontré pour la première fois face à face en Afrique du Sud. Nous nous connaissions depuis plusieures années et nous avions travaillé ensemble au RMI, j'étais donc très joyeuse de la rencontrer. Depuis que je suis arrivée sur un vol le matin, elle a suggéré que nous prenions un petit-déjeuner sud-africain à l'hôtel de l'aéroport. Je ne pouvais pas tout simplement croire que j'étais là-bas à ZA et le maître D ne m'avait pas aidé à rester calme parce qu'il portait une coiffure tribale et de robes authentiques.

Pourtant, aussi que j’avais beaucoup d’enthousiasme, je pouvais apercevoir des sentiments inquiétants en planant au-dessus de notre table. Comme nous le faisons tous souvent, plutôt que de réaliser que souvent il ne s'agit pas de «nous», j'ai pensé qu'elle était peut-être déçue de me rencontrer ou peut-être qu'elle ne voulait vraiment pas que je vienne.

Heureusement, elle a décidé d’«avouer» pendant que je profitais du paysage lorsque nous conduisions chez elle. Soudain, elle s'est tournée vers moi et a presque crié: "Tu sais, n'est-ce pas !! Je pourrais dire que tu le savais et ça me tue !!! "

Le plus drôle, c'est que je n'avais aucune idée de ce qu'elle pensait que je "savais", et en ce moment je ne me souviens toujours pas ce qu'elle a finalement "avoué". Ce que je peux dire, c'est que quoi qu'elle ait dit, elle n'avait pas besoin d'être avouée parce que ce qu'elle avouait n'était pas du tout incorrect. C’est vrai, ce qu’elle portait, avec peur que je la licencie si je le savais, n’était rien. Juste maintenant, je crois que je me souviens que c'était quelque chose à propos de son divorce. Ce n'est pas son mari qui a déposé, mais elle l'a fait parce qu’il le lui ai dit. Mais cela n’aurait pas d’importance car qui parmi nous n'a pas fait quelque chose de mal? Nous avons tous «manqué à la gloire de Dieu» et c'est pourquoi nous avons tous besoin d'un Sauveur.

Peu de temps après que je lui ai expliqué cela, elle était ravie, presque étourdie, comme si elle pouvait marcher dans les airs. J'ai découvert que l'ennemi la raillait depuis le moment où je lui ai dit que je venais en Afrique du Sud pour lui rendre visite, lui mentant que je le découvrirais et que ça serait la fin de notre amitié et que je la jetterais hors du ministère.

Heureusement, elle n'a pas attendu que je "découvre" et elle a laissé échapper, comme je l'ai dit, presque en criant, et ma réaction, je pense, a été de rire, ce qui a immédiatement soulagé l'atmosphère lourde. N'avait-elle pas «avoué» - pouvez-vous imaginer comment aurait été mon temps avec elle? Exactement, tendu, inconfortable et loin d'être agréable. Pourtant, en refusant de continuer à se sentir "coupable" pour cela, ce qui a conduit à se sentir condamnée et accusée, ce qui a conduit à sa honte, ce qui l'a amenée à me le cacher - elle et moi avons été libres de profiter des semaines que je lui ai rendues visite et d’ explorer ZA.

Tout récemment, une autre ministre a avoué dans un rapport de louange lorsqu'elle a dit: «J'ai récemment dû me repentir avec le Seigneur parce qu'il n'était pas le premier dans ma dîme. Depuis, j'ai compris à lui payer avant de payer mes factures. Je ne savais pas non plus que le Seigneur essayait de me montrer ce péché et j'ai été d’un très mauvaise humeur, irritée, et j'ai été très court et méchante avec les autres parce que j'étais dans le péché. »Cela a confirmé qu'il s'agit d'une épidémie. C'est ce qui fait souffrir beaucoup d'entre vous et c'est un problème très réel qui doit être découvert.

Permettez-moi continuer sur ce même sujet, pour partager quelque chose d'intéressant qui s'est également produit récemment. Peu de temps après que le Seigneur nous a conduits à demander à tous nos ministres et ministres en formation de terminer et de soumettre les leçons manquantes, nous avons remarqué que certains ont avancé calmement, sans doute après avoir parlé avec leur MC, c'est pourquoi elles étaient calmes. Alors que d'autres se précipitaient pour terminer, certaines en paniquant. Encore une fois, c'est quelque chose qui devrait être discuté et porté à notre MC car Il n'est jamais pressé. Bien que la plupart d'entre nous voudraient prendre l'avion pour notre destination, complétant notre voyage de restauration dès que possible, pour arriver à notre destination plus tôt, il a d'autres plans pour notre voyage.

Sachez que je le connais comme moi, je préfère faire les choses plus lentement pour pouvoir profiter du voyage avec lui! En voyageant partout dans le monde, lors d'une longue voyage de noce avec MC, je sais maintenant qu'il préfère que je voyage à la vitesse plus lente d'un train plutôt que d'un avion, nous avons donc le temps de regarder par la fenêtre, de nous asseoir et de profiter du paysage . Oui, je l'utilise au figuré ou métaphoriquement mais aussi littéralement.

Un fait intéressant, ce qui est apparu pour une ministre à qui on lui a demandé de terminer les leçons manquantes, c'était la colère - quand elle a eu l'impression de s'appeler une «menteuse» et la panique s'est ensuivie.

La plupart d'entre nous ont une sorte de déclencheur, quelque chose qui nous déchaîne. Ça sera notre sujet prochain. En attendant, assurez-vous de vous arrêter et Selah, en d'autres termes, méditez sur ce que vous avez appris. ET assurez-vous que vous ne pensez pas à ce que vous avez appris, mais vous faites un rendez-vous avec votre mari pour être seule avec lui et lui demander de partager avec vous comment ce message s'applique à vous.

Journal

Si vous souhaitez recevoir des mise à jour sur ce blog, veuillez utiliser ce lien pour vous abonner à notre Bulletin.

Publié dans : LL Archivé sous : ,