HTBB: Principe 11 «De Puissants Outils pour la Victoire»

♕ Promesse d’aujourd’hui: «Si tu traverses les eaux, je serai avec toi; Et les fleuves, ils ne te submergeront point; Si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, Et la flamme ne t'embrasera pas.»

☊ PRINCIPE #11

La leçon d’aujourd’hui est courte, mais très puissante. Dans mes notes, j’avais hâte de partager ce principe avec vous, ET il se pourrait qu’il soit le principe le plus important, dans le domaine de l’obtention des bénédictions pour nos vies.

Lorsqu’une attaque frappe, peut important sa provenance, commencez à LOUER et à ADORER au MILIEU des FLAMMES de l’affliction.

Ce SEUL principe, si utilisé, prouvera être l’un des outils de la victoire les plus puissants, et ce sur n’importe qui et n’importe quoi. Je crois personnellement que c’est l’un des plus grands privilèges qu’il nous est donné en tant que croyants de notre Sauveur !

Ce SEUL principe, est aussi l’un des plus négligé dans son utilisation.

Les croyants répondent exactement de la même manière que les non croyants. Si rien ne se passe, ils pensent que “ garder ” leurs vrais sentiments négatifs à l’intérieur, et ne pas les exprimer est suffisant. Alors que ce qui libère réellement le pouvoir de ce principe, est tout simplement le fait de Le LOUER et de L’ADORER au MILIEU des FLAMMES de l’affliction !

Que vous le réalisiez ou non, nous sommes tous en guerre. Malheureusement et bêtement, nous avons tendance à nous concentrer sur la guerre elle-même. Nous commençons instinctivement à “ lutter avec la chair et le sang ”, parce que nous pouvons voir et entendre la guerre qui fait rage. Mais il y a une plus grande guerre, et c’est cette dernière que Dieu nous dit être vraiment importante.

L’une de mes plus grandes batailles, est contre cette chair pécheresse qui est la mienne. Il y a quelques semaines, j’ai partagé mon profond désir d’avoir plus d’intimité avec notre précieux Seigneur. Bien sûr, quand je le suppliais pour être plus proche de Lui, j’oubliais complètement que pour que cela soit possible, plus de MOI aura besoin de partir, afin que je puisse avoir plus de LUI.

La chair qui brûle est une expérience douloureuse et nauséabonde. Mais cette semaine, alors que ma chair commençait à brûler, j’ai choisi de me concentrer sur l’image de ceux qui ont été vraiment martyrisés pour Le Christ. Ils ont joyeusement brûlés, alors qu’ils étaient enchainés à un piquet. Certains ont même embrassé le piquet qui les retenait. Remarquablement, chacun embrassait l’objet même qui les maintenait, alors que leur chair brûlait.

Cette vision et cette réalisation, m’ont amené à comprendre, pourquoi je lutte autant pendant que ma “ chair ” brûle. La réponse est que je n’arrivais pas à “ embrasser ” ce qu’Il avait choisi pour me maintenir en paix. Cela me répugnait plutôt et je luttais pour obtenir la liberté, priant même pour qu’Il me libère.

Ça me rappelle les jeunes enfants qui ne veulent pas restés immobiles, pendant que le médecin essaie de nettoyer une plaie ou de leur faire une injection. Suis-je différente si je lutte pour m'éloigner du Grand Médecin qui essaie de me guérir ? Me guérir au plus profond de mon âme ?

Pourtant, les plus grands martyres étaient ceux qui chantaient au milieu des flammes, rendant gloire à Dieu. Je ne veux pas me contenter de simplement rester “ assise immobile ”, pendant que Le Seigneur fait la chirurgie de mon cœur, enlève les couches de dureté qui ont besoin de partir. Je veux et j’ai besoin d’entrer dans les flammes en chantant. Pourquoi ? Parce que je SAIS que c’est là que j’aurai l’opportunité de marcher avec Jésus, au milieu des flammes !

Souvenez-vous des trois jeunes qui marchaient dans les flammes volontiers.

Il est dit qu’il y avait une quatrième personne, Jésus, et pendant qu’ils marchaient avec Lui, ils ont été “ déliés ” de ce qui les avaient ligotés. Plus tard, ils sont sortis sans même sentir la fumée. Le résultat fut que le cœur de la personne qui avait ordonné qu’ils soient jetés dans la fournaise, a été changé. ET ces jeunes ont été promus dans leur monde pour avoir un plus grand impact sur une nation. Lisez Daniel 3:20-30

Depuis quelques mois maintenant, je lis et médite sur un verset, Esaïe 43:2. Il me dit qu’Il sera avec moi dans les eaux profondes, dans la rivière déchaînée, au milieu des flammes, (et que je ne serai pas brûlée). Je n’ai alors pas couru, je n’ai pas crié, mais hélas, je n’ai pas non plus CHANTÉ au Seigneur.

Heureusement, Dieu n’en a pas fini avec moi. Tout ce qu’Il a commencé, Il le terminera. Il y aura beaucoup d’autres opportunités pour “ chanter dans les flammes ”. Plutôt que de paniquer, je profiterai de la chaleur, j’embrasserai ce qui me retient, ainsi je glorifierai Mon Sauveur, chantant des louanges à Son Saint Nom.

Il m’a fallu un jour pour me souvenir de chanter, “ mieux vaut tard que jamais ” dit le dicton.

Et ceci est une autre raison pour laquelle je reste émerveillée par la “ fidélité de Dieu ”, et son précieux amour envers moi. Si je me réjouis en Lui tout au long de chaque journée, c’est principalement parce qu’Il est toujours Fidèle, et nous donne ce que nous voulons vraiment. Il va aussi au-delà, et me donne ce dont j’ai besoin. C’est souvent douloureux ou saupoudré de souffrance, au milieu de l’obscurité ou sous de lourds nuages. C’est dans l’obscurité ou la souffrance, qu’il semblerait que j’oublie l’ardent désir de mon cœur, que j’oublie toutes ces fois où je Lui ai demandé de m’aider à être plus proche et intime dans ma relation avec L’AMOUR de ma vie.

Oubliant ce que je veux vraiment, j’oublie qu’Il est tout simplement en train d’accomplir ce désir de mon cœur. Ce qui signifie aussi, que je ne suis pas en train de travailler avec Lui. Je rate donc les bénédictions qui viennent de la LOUANGE et DE L’ADORATION au milieu des FLAMMES de l'affliction. Je rate aussi ce qu’Il veut fidèlement m’apporter à travers l’épreuve.

Ensemble, (cette semaine et toujours), rappelons-nous tous, d’élever nos voix en chantant à notre Sauveur, notre Libérateur, notre Véritable Amour. Joyeusement, embrassons le piquet qui nous maintient ferme dans notre foi, afin de finir cette tâche qui consiste à brûler cette chair misérable qui est la nôtre.

Moins de nous signifie plus de Lui.

Plus de Lui en nous, signifie d’une part que nous serons plus joyeux et que nous vivrons la vie abondante qu’Il est mort pour nous donner. D’autre part, nous serons de grands ambassadeurs pour Lui, pour ramener les perdus, les blessés, et les désespérés vers le Grand et Puissant Médecin.

Maintenant il est temps de …

JOURNAL

Publié dans : Mars Archivé sous :