La semaine dernière, nous avons discuté d'un autre principe que nous toutes (en tant que Ses épouses) pouvons adopter et intégrer dans notre vie : Ne pas se pencher sur notre propre compréhension et L'entendre nous parler à chaque instant. Cette semaine, j'aimerais partager avec vous quelque chose qui, je crois, nous préoccupe toutes et dont mon MC m'aide à me débarrasser qui est : « Ajouter de la peur au mélange ». 

Au cours du week-end, j'ai senti le Seigneur me conduire à sortir de ma zone de confort en ce qui concerne l'endroit où Il voulait que je vive. Au moins 3 fois depuis la création d'Encourager les femmes, Il m'a demandé de laisser Tous mes biens et de le suivre à l’endroit où Il souhaitait que je vive. La première fois, j'ai vécu à l'étranger dans plusieurs pays différents, déménageant tous les deux ou trois jours, ne restant jamais plus d'une semaine au même endroit. Il m'a aussi formé spirituellement en m’apprenant à ne faire qu’une seule valise (avec tout ce que je possédais), à aller à la gare et à y attendre tranquillement jusqu'à ce qu'Il me dise : « Voilà le train, monte dedans », souvent sans connaitre sa destination.

La raison pour laquelle Il a fait cela est simple - parce qu'Il me perfectionnait (m’aiguisait, m’affinait) et me préparait à Le suivre dans ce ministère. De plus, je crois que parce que je suis la Matriarche de ma famille (bien que je n'aie pas été appelée à diriger la famille jusqu'à présent), Il voulait que je sois certaine de savoir comment faire.

La dernière fois qu’Il m'a demandé de tout laisser tomber, c'était il y a un peu plus de 3 ans. J'ai donné à peu près tout ce que j'avais à mon fils et à une DIL afin qu'ils le conservent ou le vendent (tous les bénéfices leur reviendraient). Puis, quand Il m'a fait emménager dans une « maison », je n'avais plus que des vêtements. Pourtant, peu à peu, quelques objets de valeur ont commencé à me revenir. 

Une fois de plus, Il m’a demandé de tout lâcher. Mais comme j'avais trouvé un foyer très confortable, cette fois-ci, j'avais du mal à m'enthousiasmer. Au début, je l’étais mais plus je commençais à penser à tous les détails et à la logistique, ainsi qu'à la finalité absolue de cette étape qu'Il me demandait de franchir, plus je commençais à « me pencher sur ma propre compréhension » en m'arrêtant juste avant la panique.

C'est alors que je L'ai entendu dire (et ce n’était pas la première fois) « N'ajoute pas la peur au mélange » et j'ai visualisé les biscuits au babeurre que je venais juste de faire et qu’ensuite je rajoutais de l'encre noire dans le saladier, pour le mélange !

Chaque fois que nous ajoutons de la « peur » à la douleur que nous ressentons dans notre corps ou que nous l’ajoutons à une décision ou une pensée que nous avons, nous ajoutons essentiellement de l'encre noire, ce qui rend la situation plus sombre, horrible et plus difficile à gérer.

Ainsi, chaque fois que je sens que cela se produit, je me débarrasse mentalement de la peur, tout comme nous voyons l'apôtre Paul le faire dans Actes 28:5. Ensuite, je suis le principe de Matthieu 12:43-45 concernant le remplacement de ce qui a été enlevé. Je remplace la peur avec l'enthousiasme que j'avais ressenti la première fois que j’ai imaginé ce que je croyais être Son plan pour l'endroit et la manière dont j’allais vivre l'année à venir.

Pourtant, il y a un autre élément clé qui peut également aider à garder la peur à distance. Il se pourrait très bien qu'Il ne me permette pas du tout de vivre comme ça. Au lieu de cela, Il me teste peut-être pour voir si je suis « prête à partir » et c'est ce que nous allons explorer la semaine prochaine lorsque nous nous pencherons sur Abraham et Isaac. D'ici la semaine prochaine, débarrassez-vous-en et n'ajoutez pas de peur au mélange.

Journal