Cette semaine, il a jugé bon de changer complètement nos messages hebdomadaires pour un nouveau sujet, ce à quoi je réfléchis depuis plusieurs jours. En fait, c'est une nouvelle révélation à laquelle j'ai réfléchi et que je ne suis pas certaine, pour l’instant de l’avoir assimilée. C'est le sujet des mensonges et de ce que nous « choisissons » finalement de croire.

Les mensonges qui nous sont racontés sont une chose à laquelle je n’ai cessé de penser depuis la fin du mois de mars (en raison de l'attaque dont j'ai été victime personnellement et dont notre ministère a fait l'objet). Pourtant, c'est cette nouvelle révélation qui me fait désirer ardemment de comprendre pleinement l'impact de cette nouvelle vérité afin de la partager avec vous toutes, membres précieux de l’association, ses épouses.

J'espère qu'il m'aidera à vous l'expliquer suffisamment bien pour que vous puissiez aussi le méditer dans votre cœur - et ce faisant, je pourrai non seulement le comprendre mais aussi en accepter la vérité.

La vérité, c'est que des mensonges sont racontés partout et qu'ils se répandent de plus en plus. Ce qui me surprend, c'est que les mensonges sont presque attendus, presque « permis » et, d'une certaine manière, même tolérés et encouragés. Cela se produit même dans la vie des « chrétiens » parce que certains se justifient ou se mentent à eux-mêmes en disant que quelque chose est vrai, alors qu'en fait, dans les faits, c'est un mensonge.

Vous en avez peut-être fait l'expérience dans votre propre vie. Votre « mari terrestre » MT vous a peut-être menti, et s'est peut-être aussi menti à lui-même, en disant qu'il ne vous a jamais aimé pour plus tard admettre que c'était un mensonge et qu'il le savait quand il l'a dit. Je ne peux pas vous dire combien de « Témoignages de Mariage restaurés » TMR disent exactement la même chose.

Vous avez peut-être aussi vécu des mensonges à votre sujet. Beaucoup racontent comment leur MT et l’AF « autre femme » vont au tribunal et comment leurs mensonges sont crus pour qu'un jugement de divorce ou de garde soit prononcé. Avez-vous déjà vécu cela ? Et peu importe à quel point vous essayez de convaincre les autres que c'est un mensonge - les gens choisissent de croire quelque chose d’horriblement faux, de si mauvais, que cela vous laisse déconcertée.

C'est l'une des raisons pour lesquelles le Seigneur nous a montré comment vivre lorsqu'il dit dans 1 Pierre 2:21-23 : « Et c'est à cela que vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces. ...  Injurié, ne rendait point d'injures, maltraité, ne faisait point de menaces, mais s'en remettait à celui (Dieu) qui juge justement ». Il est également dit qu'il « n'a pas ouvert la bouche pour se défendre ». Dans Esaïe 53:7- « Il a été maltraité et opprimé, Et il n'a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu'on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent; Il n'a point ouvert la bouche. »

Ceux qui l'ont persécuté savaient qu'Il réagirait de cette façon. Sachant qu'Il ne se battrait pas, Il n'essaierait pas de se défendre ou de mettre les choses au clair. Il a plutôt choisi de croire que Dieu avait un plan, un but et de remercier DIEU pour ce qu'Il a fait, sinon où serions-nous tous ? Et c'est pourquoi je choisis toujours de faire confiance au plan de Dieu en suivant Son exemple. Bien que j'aimerais remettre les pendules à l'heure, à moins que quelqu'un ne le demande, le demande d'une manière dont je sais qu'il demande et cherche honnêtement la vérité (Matt. 7:7), je n'ouvre pas la bouche pour me défendre.

Aussi merveilleux que cela puisse paraître, ce n'est pas la révélation que j'ai essayé d'absorber. C'est la base ou le fondement et quelque chose que nous devons tous, je pense, méditer parce que CE principe, ne pas ouvrir la bouche pour se défendre, est quelque chose de si étranger, c'est même une absurdité chez les croyants. Alors arrêtons et faisons raisonner cette pensée pour lui permettre de vraiment s'absorber dans notre cœur et notre moelle.

Journal