J’étais quelqu’un de très dépendant

♕ Promesse d’aujourd’hui: «Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre coeur ne se trouble point, et ne s'alarme point». Jean 14:27

Relire ce Chapitre 8 "Qui Écoutez-Vous?" de la Vie Abondante m’as rappelé que personne d'autre que le Seigneur ne connaît la vérité sur moi. C'est vrai qu'il peut passer par certaines personnes pour me parler, mais Il reste le seul détenteur de la vérité à mon sujet.

Cela vaut pour les autres et également pour moi. Je ne sais rien sur les gens. Je regrette beaucoup de paroles dures que j'ai eues contre mes élèves. Des mots cassants que j'ai prononcés dans des moments de colère. Le fait qu'un enfant se comporte mal ne justifie pas que je tienne des discours négatifs à son égard. Que je lui dise des mots que moi-même je n'aimerais pas entendre.

Ce Chapitre 8 "Qui Écoutez-Vous?" me fait comprendre que les autres tout comme moi peuvent être ou ont été blessés par des mots durs. Je dois sélectionner ce qui rentre dans mon esprit, me raccrocher à la vérité de Dieu pour moi, et je dois surtout faire très attention à ce que je dis aux autres.

Je suis encore entrain de guérir aujourd'hui des paroles méchantes que mes enseignants m'ont dites il y a des années. Même si je ne me suis pas effondrée devant eux, leurs paroles m'ont traumatisée. Je sais que mes paroles sur mes élèves peuvent avoir le même effet. Il peut m'arriver de dire des paroles dures, mais je sais aujourd'hui qu'elles n'ont rien à voir avec la vérité.

Mes enseignants m'ont dit il y a quelques années que j'étais une personne faible qui ne pouvait pas évoluer en dehors de son pays natal, ils ont dit que j'étais quelqu'un de très dépendant.

C'est totalement faux. Ca va faire bientôt 6 ans que j'ai quitté le domicile familial. Je suis quelqu'un de réservé, c'est vrai, mais il n'y a personne (de physique, de ma famille) qui était avec moi chaque jour pour me dire quoi faire. J'ai accepté leurs mensonges pendant des années. J'ai même pensé que j'étais vraiment incapable de faire certaines choses.

L'erreur que j'ai commise était d'avoir recherché de l'aide, quémander la compagnie des hommes. Je croyais que je ne m'en sortirais pas seule. C'était horrible, à tel point que certains ont compris que le meilleur moyen pour me punir était de me rejeter et de m'ignorer complètement.

Le Seigneur Dieu en me conduisant au désert m'a montré que je devais être dépendante de Lui et Lui seul. Que quand je L'avais Lui, plus rien d'autre ne comptait. Quand Il est là, je n'ai besoin des conseils de personne, de la compagnie et de l'amour de personne d'autre.

«Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables.» —2 Timothée 4:3-4

Ce verset est important pour moi parce qu'il me rappelle que les discours extérieurs ont encore de l'influence sur moi. Cependant dans mon cas, c'est comme si mon âme ne retenait que les discours négatifs et violents contre moi. C'est plus par cela que je me laisse affecter. Les gens peuvent me dire des choses gentilles, elles me font plaisir sur le moment, mais ça passe rapidement. J'oublie très vite les compliments, ils s'effacent rapidement après le premier commentaire négatif. Malheureusement, j'ai cette tendance destructrice à accepter les mots durs qu'on peut me dire et à me laisser torturer par eux.

Je reconnais que nous avons tous besoin d'amitié, mais au moins aujourd'hui je ne suis plus accro aux personnes. En retirant amis et compagnons de ma vie, le Seigneur a voulu me montrer que je pouvais vivre sans eux. Sans tenir compte de ce qu'ils pensent de moi.

~ Eliza de Cameroon
Je donne la dîme à RMI mon entrepôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *