FRA W@H

Lire Intro 2. Leçons de sagesse

…Écoute, mon fils, l'instruction de ton père,
Et ne rejette pas l'enseignement de ta mère.
—Proverbes 1:8.

Comme je l'ai dit dans le dernier chapitre, le Seigneur voulait que je m'assoie et que je prenne le temps, au cours d'un repas, de partager une sagesse fondamentale avec mes filles. J'ai commencé par expliquer qu'une grande partie de ce que nous avons TOUS stocké à l'abri des regards, comme dans nos tiroirs et nos placards, sont des choses que nous n'utilisons tout simplement pas ou dont nous n'avons pas besoin. Et les choses que nous envisageons même de donner sont souvent endommagées et ne méritent pas d'être données à une pauvre âme !

En outre, j'ai également expliqué que nous surestimons aussi grandement la valeur de nos objets et que nous pensons qu'il nous faut soit n°1 « faire de l'argent » (ce qui signifie gagner un peu d'argent pour ceux d'entre vous qui sont en dehors des États-Unis et qui ne sont pas familiers avec ce terme) et les vendre dans un magasin de consignation ou dans un vide-grenier, ou n°2, nous les gardons jusqu'à ce que nous puissions penser à qui pourrait bénéficier de chaque chose, mais en réalité, elles ne font que créer du désordre et sont enterrées dans un tiroir, une armoire, un placard ou même dans un sac de don qui reste là - jamais utilisé par personne, ou n°3, nous accumulons simplement nos choses, oubliant que tout ce que nous avons est à Lui et que si nous ne l'utilisons pas, nous devons Lui demander quoi en faire.

Je suis convaincue que la majeure partie de ce que la plupart d'entre nous possédons sont des choses qui pourraient bénir quelqu'un d'autre, mais nous choisissons plutôt de les amasser, retenant ce qui pourrait bénir quelqu'un. J'ai également demandé à mes filles de rechercher et de marquer ces versets dans leurs Bibles : « Ne refuse pas un bienfait à celui qui y a droit, Quand tu as le pouvoir de l'accorder. Ne dis pas à ton prochain (ou ami) : Va et reviens, Demain je donnerai ! quand tu as de quoi donner. » (Proverbes 3:27-28) « Tel, qui donne libéralement, devient plus riche; Et tel, qui épargne à l'excès, ne fait que s'appauvrir. » (Proverbes 11:24).

La thésaurisation est maintenant considérée comme une maladie, mais bien sûr, comme Erin le dit à propos de la plupart des maladies nouvellement étiquetées, il s'agit simplement d'un péché, comme le péché d'égoïsme. C'est pourquoi j'en suis venue à considérer ces choses cachées dans nos tiroirs et nos placards comme les talents dont Jésus a parlé et que le serviteur infidèle a enterrés, ce qui L'a mis en colère. Lisons-le ensemble :

«  Il en sera comme d'un homme qui, partant pour un voyage, appela ses serviteurs, et leur remit ses biens. Il donna cinq talents à l'un, deux à l'autre, et un au troisième, à chacun selon sa capacité, et il partit. Aussitôt celui qui avait reçu les cinq talents s'en alla, les fit valoir, et il gagna cinq autres talents. De même, celui qui avait reçu les deux talents en gagna deux autres. Celui qui n'en avait reçu qu'un alla faire un creux dans la terre, et cacha l'argent de son maître.

« Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint, et leur fit rendre compte. Celui qui avait reçu les cinq talents s'approcha, en apportant cinq autres talents, et il dit : Seigneur, tu m'as remis cinq talents ; voici, j'en ai gagné cinq autres. Son maître lui dit : C'est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. »

“Celui qui avait reçu les deux talents s'approcha aussi, et il dit : Seigneur, tu m'as remis deux talents ; voici, j'en ai gagné deux autres. Son maître lui dit : C'est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. »

« Celui qui n'avait reçu qu'un talent s'approcha ensuite, et il dit : Seigneur, je savais que tu es un homme dur, qui moissonnes où tu n'as pas semé, et qui amasses où tu n'as pas vanné ; j'ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre; voici, prends ce qui est à toi. »

« Son maître lui répondit : Serviteur méchant et paresseux, tu savais que je moissonne où je n'ai pas semé, et que j'amasse où je n'ai pas vanné ; il te fallait donc remettre mon argent aux banquiers, et, à mon retour, j'aurais retiré ce qui est à moi avec un intérêt. Ôtez-lui donc le talent, et donnez-le à celui qui a les dix talents.

« Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l'abondance, mais à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il a. Et le serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. » (Matthieu 25 :14-30)

Nous pensons généralement que les talents dans ce verset sont nos capacités ou des dons spéciaux donnés par Dieu que nous pourrions utiliser comme bénévole ou simplement pour aider notre voisin, mais ce n'est pas le cas.

Nous appliquons parfois le verset sur les talents cachés lorsque nous enterrons et accumulons l'argent qui pourrait circuler dans nos vies si nous n'étions pas si égoïstes ou craintifs et choisissions plutôt de bénir l'église, un ministère ou des personnes dans le besoin avec une offrande. Mais ce dont je parle dans ce chapitre, ce sont les choses réelles que nous gardons et enterrons parce que nous pensons en avoir besoin pour nous-mêmes (ou, comme je le pensais aussi, pour les garder pour quelqu'un d'autre qui pourrait vouloir ces choses qui seront vieilles et dépassées « un jour »). Ce n'est plus le cas. À partir de ce jour précis, mes enfants et moi avons fait le vœu de nous défaire de tout ce qui pouvait bénir les autres : notre temps, notre amour, mais aussi les objets de notre maison dont nous n'avions pas besoin ou que nous n'utilisions pas. Et cela inclut également tout l'argent dont je n'ai pas besoin à cet instant (tout l'argent et l'or est à Lui de toute façon, donc tout l'argent dont j'ai besoin est là, tout ce que j'ai à faire est de donner quand Il me dit de donner et de l'utiliser à Sa manière comme Il me conduit), c'est pourquoi nous ne vendrons rien non plus.

C'est incroyable, je viens de me rappeler que j'ai reçu une petite note jointe à un don très important d'un membre de l'église qui disait qu'elle gardait l'argent qu'elle m'avait envoyé pour le retour de son mari, afin de pouvoir « gérer la situation » si les choses iraient mal. Elle a dit qu'elle avait plutôt réalisé qu'elle n'était pas le sauveur de son mari ! Son témoignage de mariage restauré vient de m'être envoyé par la poste également, et je l'ai retranscrit et soumis à RMI !

Une fois le plan de base établi et l'accord de tous obtenu, j'ai commencé à travailler avec ma fille cadette, nous nous sommes attaquées à ses tiroirs, puis nous avons plongé dans le placard commun. Ensemble, toutes les trois, nous avons sorti chaque objet du placard et l'avons placé dans l'une des quatre boites. Les filles étaient souvent tentées de trouver quelque chose et de vouloir l'apporter à un frère (qui cherchait quelque chose) ou à un ami voisin (qui, pensaient-elles, l'aimerait), ou même de le mettre dans une autre pièce ou juste derrière la porte. Mais je les ai arrêtés et leur ai expliqué que c'est un piège commun à la plupart des gens et que c’était la raison pour laquelle ils échouent et ne réussissent jamais à faire le ménage en profondeur. Vous devez utiliser n°3 le récipient « à ranger » et résister à l'envie de quitter la pièce. Vous devez résister à cette tentation et à toute autre distraction afin de terminer votre action, sinon vous vous retrouverez avec un désordre encore plus grand qu'au départ. Bien que certaines personnes vous diraient de vous assurer que vous choisissez une heure ou un jour pour vous réserver suffisamment de temps pour vous attaquer à un travail comme celui-ci (j'aurais dit la même chose il y a environ un an), je vous dirai maintenant que lorsque l'Esprit vous pousse, c'est le bon moment, même si votre tête vous dit que vous devriez le faire plus tard à un moment plus opportun.

Une fois de plus, en accord et en résistant aux tentations de quitter la pièce, nous avons très vite, tous ensemble, rempli un sac de don n° 2, que j'ai fermé et placé juste devant la porte en faisant attention à ne pas bloquer l'entrée de la pièce. Nous avons regardé chaque vêtement qui se trouvait sur un cintre et nous avons posé une question rapide au Seigneur : « En ai-je besoin ? », puis nous l'avons posé proprement sur le lit si nous devions le garder, ou nous l'avons enlevé du cintre et l'avons mis dans l'un des sacs s'Il nous a incités à le donner.

La plus grande bénédiction n'a finalement pas été le résultat final de la salle blanche ou ce que nous avons pu offrir aux autres. Cette tâche s'est avérée être une expérience d'apprentissage formidable pour mes filles : non seulement pour être de bonnes « gardiennes de maison », mais aussi spirituellement : pour apprendre à entendre et à répondre au Seigneur. Elles ont appris à parler au Seigneur, au lieu de se poser des questions, puis à répondre à Ses sollicitations. Elles étaient également enthousiastes lorsqu'elles voyaient comment Il attirait leur attention sur une déchirure ou une tache sur un vêtement qui devait être jeté, ou qu'Il leur donnait la sagesse instantanée que ce vêtement n'était plus à leur goût et qu'elles ne le porteraient donc jamais. Parfois, Il les incitait à l'essayer rapidement pour voir s'il leur allait encore.

Cela leur a également appris à se défaire de ce dont elles n'avaient pas vraiment besoin. C'est une formidable leçon en soi. Nous voulons tous nous accrocher et accumuler alors que nous devons lâcher prise : nous ne lâchons pas les personnes de notre vie, notre argent, nos objets, ou même nos obsessions que nous savons mauvaises (parce qu'elles nous privent de temps et de dévotion au Seigneur). Un autre point que je voudrais souligner, si j'avais fait cette tâche moi-même, sans inclure mes enfants, ils auraient manqué cette leçon spirituelle, et aussi, elles auraient manqué de faire le choix de donner ou de jeter des choses, mais ce n'est pas tout. Ne faites jamais l'erreur de fouiller dans les affaires des autres sans eux afin qu'ils ne deviennent pas amers ou rancuniers lorsqu'ils découvrent plus tard que quelque chose n'est pas là (que vous avez donné ou jeté). Cela est particulièrement vrai pour votre mari, qu'il vive avec vous ou non.

Si vous ne vivez pas avec quelqu'un (mari ou enfant adulte), rassemblez simplement toutes ses affaires et mettez-les dans des cartons pour les lui donner. Vous pouvez gentiment proposer à ce membre de la famille qui a déménagé de l'aider à fouiller dans ses cartons, mais veillez à ce qu'il récupère ses affaires d'une manière ou d'une autre.

Quand mon ex-mari est parti la première fois, je me suis accrochée à tout ce qui lui appartenait comme à une idole. Imaginez. Je ne pouvais tout simplement pas lâcher prise, d'où une grande souffrance qui a perduré pendant son absence. Si j'avais eu assez du Seigneur et de Son amour, j'aurais été capable de lâcher prise avec mon cœur. Cela vaut pour les femmes dont le fils ou la fille (ou même la mère ou le père) est parti, quelle qu'en soit la raison : il a déménagé, s'est enfui, ou même est mort de causes naturelles ou qui vous est soudainement enlevé. Nous devons lâcher prise pour que Dieu puisse combler ce vide, ce vide que nous remplissons avec des choses. C'est comme une tumeur qui est à l'intérieur de notre cœur, il faut l'enlever pour qu'elle guérisse.

Le Miracle s’effondre

Permettez-moi de vous raconter une petite histoire. Il y a presque six mois, ma sœur était sur le point d'adopter son premier bébé. Elle avait attendu ce miracle pendant des années, mais juste au bord du gouffre, la mère biologique a choisi de garder son bébé. Ma sœur était naturellement dévastée. Après avoir pris beaucoup de temps pour la réconforter, j'ai demandé au Seigneur sa sagesse lorsqu'un jour j'ai été convaincu qu'elle allait se faire du mal. Lorsqu'elle m'a supplié de l'aider, ce qui est sorti de ma bouche a été aussi choquant pour moi que pour elle. Je lui ai dit qu'elle devait contacter la mère biologique et lui remettre tous les articles pour bébé qu'elle avait achetés et reçus en cadeau, qu'ils étaient destinés à ce bébé et que Dieu la bénirait à travers cela. Pour autant que je sache, elle n'a jamais suivi mon conseil et, malheureusement, elle ne m'a plus parlé depuis. Mais ce que je sais, c'est qu'elle souffre toujours terriblement et qu'elle a rempli sa vie d'autres choses, tandis que les affaires de bébé prennent la poussière.

Où stocker ?

Revenons maintenant aux choses que vous avez et que vous stockez pour les membres de votre famille qui ne vivent pas avec vous : s'ils ne veulent pas ou ne peuvent pas prendre leurs affaires, demandez simplement au Seigneur vous devez les stocker. Ne supposez pas que vous devez les garder. Lorsque vous avez une pensée, une image dans votre esprit, ou que vous entendez une parole, alors obéissez simplement. Ne vous inquiétez pas de vous tromper, Il peut arranger cela plus tard ; faites simplement ce que vous croyez qu'Il vous dit où vous montre. C'est la première étape pour entendre le Seigneur.

Oh, un autre avantage d'avoir la personne avec vous lorsque vous triez les choses à donner ou à jeter, si elle ne s'investit pas dans le processus, elle ne maintiendra pas les choses tel quel une fois fini ! En tant que mère, ce sont des leçons de « formation de l'enfant » qui ne sont normalement plus enseignées. Vous ne les avez peut-être pas apprises vous-même, mais cela rend l'apprentissage ensemble encore plus amusant !

Une fois le placard, la commode et le dessous du lit complètement vidés, j'ai demandé à ma plus jeune fille de passer l'aspirateur dans la chambre et le placard, tandis que l'autre fille suivait derrière et nettoyait les étagères du placard et les tiroirs de la commode. Comme mes filles, vous serez étonnés de voir comment vous vous sentez quand tout est propre ! Ensuite, le processus s'est encore amélioré. Nous avons ensuite commencé à suspendre les vêtements dans leur placard très propre, les vêtements que nous avions posés sur le lit, ainsi que quelques articles dans la boite n°4 à ranger (ce qui retourne dans la commode ou le placard que vous venez de vider, mais pas sous le lit). Nous avons ensuite fait de même avec ce qui se trouvait dans leur commode.

Et comme auparavant, je les ai encouragés à parler et à demander au Seigneur de les aider à savoir ce qu'elles devaient faire pendant qu'elles ramassaient chaque article - en Lui demandant de leur donner la sagesse, en leur rappelant le verset suivant « Si quelqu'un d'entre vous manque de sagesse, qu'il l'a demande à Dieu, (qui donne) à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. » (Jacques 1:5 LSG)

Étonnamment, en l'espace de quelques heures seulement, alors que nous passions du temps ensemble à rire, à parler et à chanter, nous sommes finalement sorties de la pièce, nous nous sommes retournées et nous nous sommes tenues devant la porte de leur nouvelle chambre magnifique ! Et les bénédictions ne se sont pas arrêtées là non plus...

Au cours d'une semaine, juste avant que mes enfants n'aillent au mariage de leur père, le Seigneur nous a fait conquérir tant de pièces dans notre maison ! Wow, c'était si incroyablement libérateur ! Une pièce à laquelle je n'avais jamais pensé - la salle de bain - Dieu nous l'a fait faire aussi ! Comme auparavant, à travers une série d'événements (je ne trouvais pas le médicament pour l'oreille de mon fils qui avait de l'eau dans l'oreille), immédiatement j'ai reçu une onction qui m'a frappée.

Comme précédemment, j'ai demandé à mes filles de se joindre à moi, en commençant par retirer tout ce qui se trouvait dans la salle de bain dans de grands seaux (et je veux dire tout). Oh la la, quel merveilleux mari j'ai et quel merveilleux père pour mes enfants. Il savait à quel point cette salle de bain avait besoin d'être nettoyée puisque trois filles avaient partagé cet espace pendant presque un an ! Il a ajouté une autre facette à l'organisation de cet espace, à savoir le classement des « objets similaires ». C'est quelque chose que le Seigneur m'a poussé à faire pendant que nous jetions la plupart de nos récipients vides.

Sur la table de la cuisine, il nous a demandé de nous asseoir ensemble, puis de regrouper les « articles similaires » : articles pour les cheveux (shampooing, brosses, attaches en caoutchouc) ; articles d'hygiène buccale (brosses à dents, rince-bouche, fil dentaire, produits de blanchiment) ; articles pour le visage (maquillage, produits nettoyants, etc.) ; articles pour le corps (rasoirs, lotions) ; articles pour les filles ( en référence à leur période mensuelle) ; et premiers soins (bandages, alcool, pommade antibiotique). Et pour garder la plus jeune fille occupée (elle a tendance à s'étonner), je l'ai fait se tenir debout devant l'évier pour laver les récipients en plastique qui permettent de ranger les tiroirs. Si l'organisation des « articles similaires » n'est pas la façon dont vos tiroirs, vos placards et vos armoires sont classés, alors c'est ainsi que vous devez les organiser. Demandez-Lui afin d’en être sûre.

Une fois que le tri a été fait et que les récipients en plastique ont été lavés pour que tout puisse être remis dans son récipient, nous avons ensemble frotté et poli la salle de bain - ce qui est tellement plus facile quand elle est vide - Voilà, elle avait vraiment l'air d'une nouvelle maison ! Ensuite, j'ai demandé à chacune des filles de prendre la marque personnelle de shampoing qu'elle utilise et de la mettre dans la douche. Ensuite, j'ai demandé à chacune des filles de rassembler ses objets personnels et d'en choisir un des quatre tiroirs. Puis, comme il restait des tiroirs, nous avons rassemblé tous les articles électriques (sèche-cheveux, bigoudis et fers à lisser) dans le tiroir le plus proche de la prise de courant et nous avons mis les affaires de fille (comme mes filles appellent leur période mensuelle), discrètement dans le tiroir du bas.

De retour dans la cuisine, nous avons rassemblé le reste des articles et les avons placés dans leurs groupes sur les étagères de la salle de bain (en fonction de leur taille) et avons ÉTIQUETÉ chaque étagère. Waouh, oui, c'était une organisation « au top » - tout cela parce qu'Il l'a fait ! Nous avons également étiqueté le bord intérieur de chaque tiroir, afin que je puisse facilement ouvrir pour voir qui ne gardait pas son tiroir propre et organisé.

Voici, chères mamans, quelque chose que je vous encourage à faire quotidiennement : parcourez votre maison « en regardant bien les habitudes de votre foyer » et donnez à chaque pièce, tiroir et placard un coup d'œil rapide pour que vos enfants les gardent propres. Puis, bientôt, vous pourrez faire une tâche de suivi, juste une fois par semaine, pour tout vérifier, et ensuite, bientôt, juste une fois par mois ! Personnellement, j'aime passer avec ma tasse de café juste avant que tout le monde se réveille ou s'agite, afin de pouvoir distribuer des baisers ceux dont les yeux qui viennent de s'ouvrir !

Au début, je considérais le suivi comme une autre « corvée » pour laquelle je n'avais pas le temps. Cependant, une fois que je l'ai configuré comme une notification de bureau sur mon téléphone, j'ai découvert qu'en faisant le suivi, je ressentais la même ÉCLAT que lorsque nous l'avons fait pour la première fois ! Et comme je l'ai dit, avec un café à la main, et en distribuant des baisers matinaux aux enfants qui se réveillent, c'est devenu quelque chose que j'attendais avec impatience !

Ah, mais qu'en est-il de ces choses que vous trouvez qui ne sont pas à leur place dans leurs tiroirs ou leurs placards ?

Eh bien, au début, je m'en occupais simplement : je les pliais, je les mettais à leur place. En d'autres termes, c'est moi qui m'en occupais. Jusqu'à ce que le Seigneur me convainque que c'était la voie de la paresse. Alors, au lieu de cela, j'ai simplement laissé les choses en place et j'ai demandé aux enfants de réparer leur désordre, sous mon regard, et vous savez quoi ? C'est la seule façon de débarrasser quelqu'un d'une mauvaise habitude - ne pas la réparer soi-même - mais demander avec amour à la personne de le faire. Si vous nettoyez ou réparez quelque chose, cela ne créera pas un changement permanent car il n'y a pas de conséquence. Et autre chose...

Le Seigneur a commencé à m'enseigner, alors que je Le cherchais récemment pour former mes enfants (puisque je suis absente la plupart du temps), qu'à moins que je n'ajoute du travail à tout ce qu'ils n'ont pas fait, c'est nous, parents, qui portons le fardeau, et le fardeau devrait reposer sur eux.  C'est nouveau pour l'éducation de mes enfants, et cela fonctionne à merveille puisque c'était la sagesse de Dieu.

Ce que le Seigneur m'a incité à faire (lorsque j'en ai eu assez de faire et refaire le ménage), c'est de sortir ces objets des tiroirs ou des placards et de demander à la personne concernée de les remettre en place de manière ordonnée ou à leur place. De plus, je sais que lorsque plusieurs enfants partagent une même chambre, il est parfois difficile de savoir qui fait le sale boulot avec certains objets qui traînent, mais c'est là que vous pouvez demander au Seigneur de vous guider. Il doit être au centre de tout si nous voulons vivre une vie de paix et de facilité. Et si vous faites une erreur, et demandez à la mauvaise personne, alors vous pouvez réclamer le double. Ésaïe 40:2, « Parlez au cœur de Jérusalem, et criez lui Que sa servitude est finie, Que son iniquité est expiée, Qu'elle a reçu de la main de l'ÉTERNEL ! Au DOUBLE de tous ses péchés. » Et enseignez le principe à la personne à qui on a fait faire quelque chose d'injuste, en citant Ésaïe 61:7-8 : « Au lieu de votre opprobre, vous aurez une portion DOUBLE; Au lieu de l'ignominie, ils seront joyeux de leur part; Ils posséderont ainsi le DOUBLE dans leur pays, Et leur joie sera éternelle. Car moi, l'ÉTERNEL, j'aime la justice, Je hais la rapine avec l'iniquité ; Je leur donnerai fidèlement leur récompense, Et je traiterai avec eux une alliance éternelle. »

Oh, j'ai oublié une chose : non seulement vous devez prendre un moment pour vous réjouir de ce qu'il a fait, mais vous devez aussi prendre soin de ces boîtes. Veillez à attacher et à jeter immédiatement vos déchets. Mettez les sacs de dons dans le coffre de votre voiture ou dans un endroit où vous savez qu'ils sortiront de votre maison et iront dans les mains d'une institution charitable (celle à laquelle IL pense ; et ne remettez jamais en question le Saint-Esprit si vous voulez entendre Dieu). La règle est la suivante : « Ne laissez jamais de boîtes dans une pièce, car elles attireront d'autres objets ou, pire encore, quelqu'un les regardera et les enlèvera ».

Règle des Entrées et Sorties

Utilisez la règle des ENTRÉES et des SORTIES pour que chaque pièce que vous venez de désencombrer ne soit plus encombrée : « une entrée, une sortie ; deux entrées, deux sorties » lorsque vous achetez quelque chose. Cela signifie simplement : si vous achetez deux chemises, donnez-en deux. Si vous achetez une paire de chaussures, donnez-en une paire. Cette règle vous empêchera d'accumuler ou d'encombrer à nouveau votre maison.

Nos maisons devraient être un havre de paix qu'il est facile de garder propre et organisé ; cependant, en dehors de Lui, nous ne pouvons rien faire, comme le dit Jean 15:5 « Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. »

Si ces deux chapitres ont suscité le désir de changer votre vie, ne retroussez pas vos manches et ne vous mettez pas au travail. Au lieu de cela, prenez un moment et parlez simplement au Seigneur de vos désirs - puis laissez-lui votre désir chaque fois qu'il vous vient à l'esprit. Puis, soudainement, Il se mettra en marche et vous donnera les désirs de votre cœur avec l'onction - vous donnant une maison propre, sans désordre, organisée tout en bénissant les autres avec les choses dont vous n'avez tout simplement pas besoin, et si vous avez des enfants, une façon de les former de toujours sur Lui et cela pour toujours !

Si vous avez un témoignage de la façon dont le Seigneur s'est occupé de vous et de votre maison, alors soumettez un rapport de louange ou éventuellement un formulaire « Ce que j'ai appris » pour bénir tous ceux qui visitent RMI ! N'attendez pas, faites-le dès aujourd'hui pour rendre gloire à Celui qui mérite tellement toutes nos louanges !

~ Michele
Auteur de la série « Une Vie Abondante » de RMI

« Si vous êtes prêtes à vous engager envers DIEU et de terminer le cours, en CLIQUANT ICI vous acceptées et vous êtes disposées à décrire cette nouvelle étape de votre voyage de restauration dans votre formulaire « Mon journal quotidien ». Prenez votre temps, asseyez-vous, prenez votre café ou votre thé, et versez votre cœur dans votre journal.

De plus « Qu’il en soit de même des femmes âgées...Qu’elles s’attachent plutôt à enseigner le bien, qu’elles APPRENNENT aux jeunes femmes... » (Tite 2:3) vous aurez l'occasion de parler aux jeunes femmes qui sont encore célibataires dans le cadre de votre ministère. »